Reprise des violences ethnico-religieuses — Centrafrique

Centrafrique: à Bangassou, la population replonge dans la terreur

RCA : l'ONU condamne la résurgence des violences

Dimanche l'Organisation des nations unies (Onu) a condamné les dernières violences en Centrafrique, dénonçant une résurgence des tensions religieuses et ethniques ayant déjà fait de multiples morts depuis début mai.

"Toute attaque sur une base religieuse ou communautaire est une attaque contre l'humanité et contre les valeurs universelles qui nous unissent et ne devraient plus avoir leur place en République centrafricaine où l'on cherche à panser les blessures du passé". Des violences similaires ont été observées dans les localités de Alindao, Bangassou, Mobaye et Bria dans le centre du pays. Dans cette ambiance de terreur, les humanitaires font également l'objet d'attaques dans l'exercice de leurs fonctions " Au cours des trois derniers jours, trois d'entre eux ont été violemment battus", indique t'elle.

La Centrafrique a basculé en 2013 dans une phase de violences avec le renversement de l'ex-président François Bozizé par les rebelles à majorité musulmane de la Séléka, suscitant une contre-offensive menée par des milices chrétiennes, les anti-balaka. Même si le pays a connu une accalmie dans la capitale Bangui, l'intérieur du pays connaît un regain de violences depuis novembre.

Par ailleurs, six casques bleus ont trouvé la mort ce mois-ci à Bangassou et dans ses environs.

Selon l'ONU, plus de 500.000 personnes au total sont déplacées en Centrafrique et plus de 120.000 réfugiés centrafricains vivent en RDC.

Dernières nouvelles