Climat-Macron et Merkel s'engagent à mettre en oeuvre l'Accord de Paris

Accord de Paris: Trump fera connaître sa décision aujourd'hui

La mairie de Paris éclairée en vert ce soir

Mais, a-t-il ajouté, les Etats-Unis vont entamer des négociations, ou bien pour revenir dans l'Accord de Paris, ou bien pour avoir un nouvel accord "sur des termes qui soient équitables pour les Etats-Unis, leurs entreprises, leurs salariés, leur population, leurs contribuables". Emmanuel Macron a notamment considéré que Donald Trump "commet là une erreur pour les intérêts de son peuple et une faute pour l'avenir".

Vendredi à Bruxelles, la Chine sera au côté de l'UE pour une déclaration commune afin de "confirmer leurs engagements envers l'accord historique" de Paris et "accélérer leur coopération pour améliorer sa mise en oeuvre", selon un projet de déclaration que l'AFP a pu consulter.

D'autres pays pourraient suivre l'exemple américain, et quitter à leur tour l'accord de Paris.

Le président américain a néanmoins laissé entendre qu'une renégociation ne faisait pas partie de ses priorités: "Si nous pouvons, excellent". Le président américain a lourdement insisté sur les effets néfastes que l'accord aurait sur l'économie américaine, expliquant avoir été élu "pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris". "Le moment est venu de redonner aux Etats-Unis leur grandeur".

Plusieurs médias américains ont annoncé, hier, la décision de Donald Trump de se retirer de l'Accord de Paris, mais dans un tweet, ce dernier s'est contenté de promettre une annonce "dans les prochains jours".

"Le changement climatique est l'un des grands défis de notre temps", a souligné M. Macron, en réaffirmant la volonté de la France de se placer à l'avant-garde de la lutte contre le changement climatique qui implique l'humanité toute entière.

"Le président a aussi lancé un appel aux " ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés et scientifiques " américains déçus par la décision de Donald Trump, indiquant qu'ils " trouveront dans la France une seconde patrie ".

L'objectif des Etats-Unis, fixé par l'administration Obama, était une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005. "Se retirer de l'accord limitera notre accès à ces marchés et pourrait nous exposer à des mesures de rétorsion".

Pendant sa campagne, l'homme d'affaires septuagénaire avait promis d'"annuler" cet accord. La France et les Etats-Unis "vont continuer de travailler ensemble " mais pas sur le changement climatique, selon l'Elysée.

Le patron de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), Scott Pruitt, s'est ouvertement prononcé pour une sortie de l'accord, jugeant qu'il était "mauvais" pour l'Amérique. Une douzaine de grands groupes, parmi lesquels le pétrolier ExxonMobil, le géant de l'agrochimie DuPont, ou encore Google, Intel ou Microsoft, ont pressé Donald Trump de ne pas en sortir. L'accord de Paris ce sont des pays qui mettent chacun sur la table des promesses, et le pays de Donald Trump ne tiendra pas les siennes.

Dernières nouvelles