"La reprise devrait être effective" ce jeudi — Grève carburants

Une majorité des conducteurs de matières dangereuses sont en grève en Ile-de-France selon la CGT qui appelle à un mouvement illimit

Les conducteurs de camions citernes de nouveau mobilisés (CGT)

À l'approche du long week-end de Pentecôte, la major pétrolière recommande à ses clients franciliens "de ne pas développer de surconsommation préventive" et de faire le plein "normalement, sur les routes, une fois en dehors de l'Ile-de-France".

Dans un communiqué commun, elles affirment mercredi que cette grève est le fait d'"une minorité de syndicalistes, dont certains n'appartiennent même pas au secteur des transports", évoquant des "pressions inacceptables sur les conducteurs non grévistes".

Les routiers mobilisés souhaitent "négocier" l'insertion dans la convention collective du transport routier de "spécificités" propres aux matières dangereuses (carburants, gaz, explosifs.), ce que le patronat refuse, jugeant la mobilisation "ultrasectorielle et isolée".

Les transporteurs de la CGT réclament une amélioration des conditions de travail notamment, une durée de travail qui ne doit pas dépasser les 10 heures, un suivi médical par semestre et spécifique, un taux horaire de 14 euros l'heure et enfin, un 13e mois. C'est ce qui s'était produit l'an dernier: craignant de se retrouver en panne sèche, les automobilistes s'étaient rués dans les stations-services, aggravant les problèmes d'approvisionnement. Et tous ceux qui, en Île-de-France, sont rentrés de leur week-end prolongé ce dimanche 28 mai 2017, l'ont certainement constaté: plusieurs stations étaient complètement à sec, tandis que d'autres étaient dans des situations de pénurie partielle. Par la présence de manifestants à proximité de 3 des 9 dépôts pétroliers franciliens. Ils " demandent aux conducteurs de camions citernes de rebrousser chemin ". " Les blocages, ça n'est pas normal ", a déclaré la ministre des Transports à Saint-Nazaire lors d'un déplacement avec le chef de l'État, promettant que l'" on assurera avec les forces de l'ordre la possibilité de ravitailler les stations-service.

Or, pour éviter les entraves à la circulation et " garantir l'ordre public", les forces de l'ordre ont été déployées sur les zones concernées sur instructions du préfet de police.

L'Ufip estime ainsi que la grève "a été bien anticipée et les cuves ont été réapprovisionnées au plus haut" en fin de semaine.

Dernières nouvelles