Climat. Chine et Russie confirment leur engagement sur l'accord de Paris

"Si la perte du leadership américain est malheureuse, le combat est loin d'être terminé", a-t-il ajouté: "En tant que président de la prochaine COP, je réaffirme que je ferai tout mon possible pour forger une grande coalition qui fera perdurer l'élan constaté depuis l'accord de Paris".

Donald Trump a toutefois hésité pendant de longues semaines et de nombreuses voix sur la scène internationale (Chine et UE en tête), dans le monde des affaires et au sein même de son administration, l'ont appelé à revoir sa position, rappelant ces derniers jours l'urgence d'agir face au réchauffement en cours.

Un retrait américain serait une véritable déflagration, 18 mois après cet accord historique dont Pékin et Washington, les deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète, furent des architectes centraux.

Mais le président républicain a aussi assuré que son pays était prêt à négocier un nouvel accord climat.

Le retrait de l'Accord de Paris était une promesse électorale de M. Trump, même si de proches conseillers, comme sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner étaient contre.

Concrètement, le 45e président des Etats-Unis devrait invoquer l'article 28 de l'accord de Paris, qui permet aux signataires d'en sortir.

Cet accord est "essentiel", avait martelé jeudi la chancelière allemande Angela Merkel depuis Berlin, à quelques heures de l'annonce de M. Trump.

Mais les critiques ont aussi fusé de toutes parts aux États-Unis. La chancellerie brésilienne s'est déclarée "inquiète de l'impact négatif d'une telle décision", tout en rappelant que "le combat contre le changement climatique est un processus irréversible, inarrêtable et compatible avec la croissance économique". "On ne peut pas arrêter l'action concernant le climat", pas plus que le changement climatique est indéniable, a noté le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. L'expert de l'Université Laval note aussi que cette sortie de Donald Trump laisse présager qu'il n'y aura pas d'entente avec le Canada pour réduire les émissions de méthane, par exemple.

"Je quitte les conseils présidentiels". Le Québec participe, avec la Californie, à la Bourse du carbone, où les entreprises qui émettent trop de gaz à effet de serre doivent payer pour compenser.

Pour lui, il est injuste que la Chine et la Russie qui sont les plus grands polluant de la planète, continuent à maintenir leur production en charbon et que, dans le même temps, l'Europe et l'Inde soient, sous cet accord, permis d'augmenter leur production pendant que les Etats-Unis réduisent sensiblement la leur.

"Aujourd'hui, le président des Etats-Unis, Donald Trump a anoncé sa décision de se retirer de l'accord de Paris sur le climat". Comme l'explique Todd Stern, l'ex-négociateur américain, interrogé par l'AFP, " à partir du moment où un pays dit qu'il se retire, il ne participe plus aux réunions de négociations.

Le chanteur et acteur John Legend ne ménage pas non plus le président Donald Trump sur les réseaux sociaux: "Trump est notre honte national".

♦ Le Canada émet un peu moins de 2 %. "Ce que les scientifiques disent, c'est qu'au-delà de 2 °C de réchauffement les risques sont très grands que le climat s'emballe".

♦ La Chine émet environ 20 %.

Dernières nouvelles