Climat : les contre-vérités de Donald Trump

Aussi peut-on admettre que ce président, qui se vante pourtant d'être le lauréat de tant de prix de défense de l'environnement (de son golf, semble-t-il), n'a pas encore établi le bilan climatique de sa décision de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris. L'accord prévoit des transferts d'argent des pays les plus riches vers les autres pour leur permettre de financer leur transition énergétique alors que Trump se plaît à décrire une Amérique "endettée à hauteur de 20.000 milliards de dollars, dont les villes à court d'argent ne peuvent embaucher assez de policiers ou réparer des infrastructures vitales et où des millions de citoyens sont au chômage". Tout n'est pas perdu pour la lutte contre le réchauffement climatique.

"Un bras d'honneur à la planète".

Cette décision était redoutée par de nombreux États signataires des accords de Paris sur le climat: Donald Trump a décidé de ne pas suivre son prédécesseur et de sortir de cet accord, aussi historique soit-il. Un texte qui vise à contenir le réchauffement climatique "nettement en dessous de 2 degrés" par rapport aux niveaux préindustriels et "s'efforce" de poursuivre l'action menée pour limiter l'élévation des températures à 1,5 degré, rappelle la BBC. Dans ce même jardin, où les présidents américains ont l'habitude de prendre la parole, Barack Obama avait défendu en octobre dernier ses bienfaits, évoquant un "tournant pour notre planète". L'argument principal invoqué par le locataire de la Maison Blanche est en outre celui de protéger l'emploi dans l'industrie automobile, la sidérurgie, le gaz et le charbon, résume Le Parisien.

À l'issue de ces conversations téléphoniques, "les dirigeants ont consenti à continuer le dialogue et à renforcer à l'avenir leur coopération sur les problèmes écologiques et sur d'autres questions". Raison pour laquelle pas moins de 1000 entreprises de tous les secteurs et une trentaine de PDG influents (dont ceux de Facebook, Google, Apple ou encore Tesla) avaient appelé publiquement Trump à ne pas sortir de l'accord de Paris. Dès jeudi soir, la France, l'Allemagne et l'Italie ont ainsi publié un communiqué commun pour exprimer leur regret de voir les États-Unis quitter l'accord de Paris.

" Mieux vaut qu'il (Trump) soit hors de l'accord, plutôt qu'il le tire vers le bas", a déclaré Mohamed Adow, spécialiste climat de l'ONG Christian Aid. Donald Trump se raccroche à un passé révolu, affaiblit le prestige international des Etats-Unis et hypothèque leur rôle dans l'essor des nouvelles technologies. En effet, la condamnation est unanime dans quasiment toutes les capitales du monde.

Énergies fossiles: selon les experts du Giec, pour rester sous 2°C, il faut que les émissions de gaz à effet de serre soient diminuées de 40 à 70% d'ici 2050. Aujourd'hui, cette décision ne change rien, mais elle va considérablement souiller notre avenir.

Bill de Blasio, maire de New York, s'est de son côté "engagé à honorer les objectifs de l'accord de Paris en prenant une ordonnance municipale dans les prochains jours".

Le choix de Donald Trump repose sur un argument financier et économique. Le premier à s'exprimer aura été Emmanuel Macron.

Dernières nouvelles