Retour sur Terre réussi pour Pesquet et son collègue russe

Avant de s'envoler pour la Station spatiale internationale (ISS) en novembre dernier, Thomas Pesquet faisait de son retour en capsule Soyouz l'un des moments les plus attendus de sa mission. Pour le plus grand bonheur des internautes, il s'est aussi montré très actif sur les réseaux sociaux postant de nombreuses photos et vidéos sur ses pages Facebook, Twitter et Instagram suivis par des centaines de milliers d'abonnés.

La capsule a touché le sol à une vitesse d'environ 5 km/h alors que la vitesse de départ était de 28 000 km/h. "Nous sommes immensément fiers de vous", lui a exprimé le président de la République, Emmanuel Macron, lors d'un entretien téléphonique.

Emmanuel Macron a souligné à ce propos sa propre "détermination", dans une nouvelle allusion à la décision du président américain Donald Trump de sortir de l'accord de Paris sur le climat. "On vous fera un brief en rentrant".

Enième effet de l'apesanteur, Thomas Pesquet a gagné près de cinq centimètres qu'il perdra dès qu'il arrivera sur terre. Après plus de six mois passés dans les étoiles, l'astronaute français Thomas Pesquet doit finalement laisser l'ISS derrière lui pour revenir sur Terre.

Ce vendredi 2 juin, après six mois dans l'espace, Thomas Pesquet redescend sur Terre, où il retrouvera sa famille et sa compagne. À 12H47 heure de Paris, les deux hommes ont quitté l'ISS à bord du vaisseau Soyouz où ils avaient pris place trois heures auparavant. "De plus il s'entend bien avec tout le monde", ajoute l'astronaute français Jean-François Clervoy.

Une minute avant l'atterrissage, six propulseurs s'allumeront pour freiner encore la capsule à la vitesse de 8 km/h, jusqu'à 1 m du sol.

Quelques heures après, si son état de santé le permet, Thomas Pesquet s'envolera pour le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne). Les images du centre national d'études spatiales seront diffusées, et commentées par des spécialistes.

"La mission Proxima est une réussite car toutes les expériences ont été réalisées et ont fonctionné". Avec ce vol au-dessus de la Terre, Thomas Pesquet établit un record. Il devra également faire travailler ses muscles qui se sont atrophiés.

"Notre objectif était de placer la France dans l'ISS, coopération internationale largement dominée par la Nasa". Ingénieur aéronautique et pilote de ligne, il a mené, durant son séjour, 60 expériences scientifiques et réalisé deux sorties pour des opérations de maintenance de l'ISS.

Dernières nouvelles