Thomas Pesquet de retour sur terre

Thomas Pesquet en a donc fini avec sa fabuleuse aventure à bord de l'ISS; dans quelques heures à peine, à 16h10 heure française exactement, l'astronaute de 39 ans se posera sur un terrain vierge du Kazakhstan à bord d'une capsule Soyouz.

Les deux spationautes avaient embarqué dans une capsule Soyouz MS-03 ce matin aux alentours de 9h35.

"Tout est en ordre, l'atterrissage est terminé". Ce sont quelques-uns des mots adressés par Thomas Pesquet vendredi au président Macron après son atterrissage dans les steppes du Kazakhstan, avec le Russe Oleg Novitski. "Comment vous sentez-vous?"

- Thomas Pesquet: Ça va très bien, je me réhabitue doucement à la gravité.

Pour Bernard Comet, président commission médicale de l'ESA, "aujourd'hui on maîtrise mieux le retour d'un astronaute". Avant, "ils revenaient plus affectés".

"J'avais l'impression d'être en plomb". À seulement 70 cm du sol, six rétrofusées se sont déclenchées simultanément pour toucher le sol à une vitesse de seulement 5 km/h.

Thomas Pesquet pourrait avoir la chance de retourner un jour dans l'espace si l'on en croit les propos de François Spiero, le responsable des vols habités du CNES, qui a déclaré avoir deux projets pour l'astronaute français: "un séjour à bord de la Station spatiale en cours de construction par les Chinois, et, pourquoi pas, un vol vers la Lune avec les Américains ".

Environ deux heures et demi après leur départ, les moteurs principaux du Soyouz ont été activés pendant un peu moins de cinq minutes pour la manœuvre dite de "désorbitation".

Thomas Pesquet est le français ayant passé le plus de temps dans l'espace avec 196 jours dans la station. Ingénieur aéronautique et pilote de ligne, il a mené au total 60 expériences scientifiques et réalisé deux sorties pour des opérations de maintenance de l'ISS.

Après plus de six mois passés à 400 kilomètres d'altitude, Thomas Pesquet est sur le chemin du retour. Il a cette fois effectué une cinquantaine d'expériences scientifiques pour l'agence spatiale russe Roskosmos.

"Ils vont bien sûr nous manquer, ce sont des astronautes exceptionnels", a déclaré, les larmes aux yeux, Peggy Whitson, avant de passer le commandement de l'ISS à Fiodor Iourtchikhine. Ce à l'Agence Spatiale Européenne de Cologne (Allemagne), où il subira également une batterie de tests et d'examens pour vérifier son état de santé.

Le vaisseau est d'abord resté en orbite autour de la Terre, puis son moteur s'est allumé quelques minutes pour amorcer sa descente et régler sa vitesse.

Dernières nouvelles