La production de pétrole à l'arrêt dans deux régions tunisiennes

Sit-in de Tataouine et Kébili : Conséquences désastreuses sur l'économie tunisienne

Arrêt de la production de pétrole et de gaz à Tataouine et Kébili (ministère)

"L'arrêt s'est déroulé de manière progressive ces deux derniers mois" suite aux manifestations et sit-in réclamant emplois et développement à Tataouine et Kébili, a dit Mme Cheikhrouhou sur les ondes de la radio privée Shems FM.

"Lorsque les Tunisiens soutiennent les personnes qui arrêtent la production et qui cassent les établissements, la seule solution est d'augmenter les prix du carburant " affirme-t-elle.

Depuis près de deux mois, des habitants de ces régions délaissées réclament une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés pétrolières. Un manifestant a été tué par un véhicule de la gendarmerie, "accidentellement" selon les autorités, ce qui a provoqué une flambée de violences et des marches de solidarité.

La production de pétrole et de gaz dans les champs de Tataouine et de Kébili, situées respectivement dans le sud-ouest et le sud-est tunisien a été entièrement interrompue en raison de mouvements de protestation, a annoncé jeudi soir le ministère tunisien de l'Energie et des Mines. Le ministère a ajouté que la baisse des ventes est estimée à 24 millions de dinars par semaine sachant que les champs pétroliers des régions de Tataouine et Kébili contribuent à hauteur de 46% dans la production nationale de pétrole et 27% de la production nationale de gaz.

Le président Béji Caïd Essebsi a demandé le 10 mai 2017 à l'armée de protéger les sites de production pour éviter que leur fonctionnement soit perturbé par les manifestants.

Dernières nouvelles