Où en est l'enquête — Attentat à Londres

Le réseau de transports londonien a annoncé la fermeture du pont après un incident

Le réseau de transports londonien a annoncé la fermeture du pont après un incident

Quatre femmes auraient également été emmenées par la police, selon un photographe de l'AFP sur place.

Samedi soir, trois hommes ont tué au moins sept personnes dans le quartier du London Bridge, avec une camionnette puis en menant des attaques au couteau.

Sept personnes ont été tuées et 48 étaient hospitalisées à Londres après cet attentat, d'après la Première ministre Theresa May qui a dénoncé l'"idéologie malfaisante de l'extrémisme islamiste". C'est la septième fois depuis 2005 que la Grande-Bretagne est frappée par une attaque terroriste, la troisième en trois mois. Elle annonce également un renforcement de ses effectifs dans Londres dans les jours à venir, alors que se déroulent le 8 juin les élections législatives.

Le drame a éclaté alors que venait de s'achever la finale de la Ligue des champions, qu'un public nombreux était venu regarder dans le quartier de Borough Market, situé sur la rive sud de la Tamise et prisé notamment des touristes. À bord d'un van, trois hommes foncent sur des piétons, en fauchent plusieurs.

"Ils ont renversé des tas de gens", a témoigné Chris, un chauffeur de taxi, a la radio LBC.

Parmi les blessés figurent quatre Français, dont un grièvement touché, a annoncé le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Stations de métro et rues fermées, fêtards enfermés dans les bars et restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes: les quartiers visés sont passés de la fête au cauchemar en quelques minutes.

"En ce moment, nous estimons qu'il y avait trois assaillants et qu'ils sont morts", a indiqué Mme Dick. Ils ont ainsi jeté des chaises mais aussi des tables pour éloigner les agresseurs. Des centaines de témoins sont actuellement entendus. Des policiers armés interviennent et " des coups de feu sont tirés", précise la police, qui déclare avoir abattu les trois assaillants dans les huit minutes qui ont suivi le premier appel.

Les condamnations se sont multipliées dimanche.

Le pape François a profité de son apparition au balcon de la Basilique Saint-Pierre à Rome pour inviter les fidèles à "prier pour les victimes et leurs proches".

Le maire de Londres Sadiq Khan a fustigé "une attaque délibérée et lâche contre des Londoniens innocents et des visiteurs de notre ville qui profitaient d'un samedi soir".

Le président Donald Trump a offert "le soutien total" des Etats-Unis après ce "brutal attentat terroriste" dans un entretien téléphonique avec Theresa May. Le président russe Vladimir Poutine a condamné l'attentat et exprimé ses "profondes condoléances" au peuple britannique.

Voici ce que l'on sait de cette attaque, intervenue douze jours après un attentat suicide à Manchester, qui a fait 22 morts et plus de 100 blessés, et cinq jours avant des élections législatives au Royaume-Uni.

Dernières nouvelles