Plusieurs piétons fauchés par une camionnette sur le London Bridge — Londres

Au moins sept personnes sont mortes ce samedi soir à Londres lors d'une attaque terroriste perpétrée par trois assaillants, qui ont d'abord foncé sur les passants à bord d'un camion-bélier sur London Bridge, avant d'en sortir et de les attaquer au couteau à Borough Market, à quelques centaines de mètres du pont.

Les partis politiques ont annoncé suspendre pour la journée leur campagne nationale.

L'attentat n'a pas été revendiqué mais la Première ministre, Theresa May, l'a lié à "l'idéologie malfaisante de l'extrémisme islamiste" dans une courte déclaration devant le 10, Downing Street, peu après une réunion de crise.

Le service de police londonien a également confirmé intervenir à un troisième endroit, dans le secteur de Vauxhall. Gerard Vowls a déclaré au journal The Guardian qu'il a vu une femme être poignardée par trois hommes à l'extrémité sud du Pont de Londres.

Plus témoins ont rapporté avoir entendu les agresseur crier "C'est pour Allah".

Mark Rowley, le chef adjoint de la police métropolitaine, a dit que les suspects ont été abattus par la police huit minutes après le premier appel. "Les suspects portaient ce qui ressemblait à des vestes explosives, qui se sont révélées fausses", a précisé la police, qui a appelé à éviter les quartiers où s'est déroulée l'attaque afin de laisser les urgentistes faire leur travail.

Près de 50 blessés ont été hospitalisés dans 5 établissements différents, ont annoncé les services ambulanciers, qui ont soigné des blessés plus légers sur place.

Parmi les blessés figurent quatre Français, "dont une personne particulièrement touchée", selon Paris, ainsi qu'un Australien et un Espagnol.

Les condamnations se sont multipliées dimanche.

Le président français Emmanuel Macron a assuré dimanche que la France était "aux côtés du Royaume-Uni".

Le président Donald Trump a offert "le soutien total" des Etats-Unis dans un entretien téléphonique avec Theresa May.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a exprimé sa colère face aux événements et a demandé à la population de ne pas se laisser intimider par ces actes de violence.

Le pape François a profité de son apparition au balcon de la Basilique Saint-Pierre à Rome pour inviter les fidèles à "prier pour les victimes et leurs proches".

La capitale britannique a été frappée dans la nuit de samedi à dimanche par de nouvelles attaques. L'assaillant, Khalid Masood, un Britannique converti à l'islam, avait été tué.

Dernières nouvelles