21 blessés dans un état "critique" — Attentat de Londres

Attribué par les autorités à "l'extrémisme islamiste", ce nouvel attentat est le troisième en moins de trois mois au Royaume-Uni.

Des perquisitions ont été effectuées à Barking, une banlieue multi-ethnique de l'est de la capitale britannique, où la police a arrêté 12 personnes. D'après Sky News, la police, lourdement armée, a perquisitionné au domicile d'un des trois auteurs de l'attaque.

Trois assaillants ont été abattus, selon la police.

Les identités des assaillants n'ont pas été rendues publiques, mais la police a assuré dans un communiqué qu'elles seraient dévoilées dès que cela serait "opérationnellement possible".

Auparavant, le chef de l'Etat avait eu un entretien à la mi-journée avec la Première ministre britannique Theresa May.

Les trois passagers de la camionnette, armés de couteaux, se sont alors précipités dans des bars proches, particulièrement bondés en cette soirée de finale de Ligue des Champions de football qui était diffusée dans les pubs.

"Ils ont renversé des tas de gens", a témoigné Chris, un chauffeur de taxi, à la radio LBC. Un homme de 55 ans a ensuite été relâché sans être poursuivi. Les trois individus portaient de fausses ceintures explosives. Ils ont finalement été abattus par la police. Quelque 36 personnes restaient hospitalisées lundi matin, dont 21 dans un état "critique", d'après le service de santé NHS.

Les tirs nourris de la police, plus de cinquante, ont aussi blessé un passant, a précisé Scotland Yard. Ce voisin, nommé Ken Chigbo, a également déclaré que l'assaillant planifiait de déménager.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a rapporté que quatre ressortissants français ont été touchés dans cet attentat.

Parmi les personnes tuées figure un Canadien, tandis que quatre Français ont été blessés, dont un grièvement, ainsi que deux Allemands, un Australien et un Espagnol.

Les Londoniens rendront hommage aux victimes lundi au cours d'une veillée à 17h00 GMT (midi à Montréal).

Les condamnations se sont multipliées dimanche, le maire de Londres Sadiq Khan évoquant des "actes barbares".

Ces propos ont suscité une réaction du président américain Donald Trump, qui a accusé en substance le maire de Londres de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste.

Moins de 24 heures après l'attentat perpétré à Londres, le gouvernement français a annoncé qu'un Français faisait partie des 7 innocents morts.

Londres avait été frappée par une autre attaque fin mars, déjà commise à l'aide d'un véhicule, une voiture, et d'un couteau.

Cette attaque survient douze jours à peine après un attentat suicide à Manchester, qui a fait 22 morts et plus de 100 blessés.

Retournée à Manchester, la chanteuse Ariane Grande devait s'y produire dimanche soir pour un concert géant en hommage aux victimes qui réunira notamment Justin Bieber, Coldplay et Robbie Williams.

Dernières nouvelles