L'Etat islamique revendique l'attentat de Londres

Londres: intervention de la police suite à un

Attentat au coeur de Londres : 6 morts, au moins 50 blessés, 3 terroristes abattus

"Aux alentours de 04H15 (03H15 GMT) lundi, les officiers du commandement du contre terrorisme qui enquêtent sur les attaques terroristes de London Bridge ont perquisitionné deux nouvelles adresses, une à Newham et une autre à Barking" (est de Londres), a indiqué la police dans un communiqué, ajoutant qu'un "certain nombre de personnes avaient été arrêtées". Les policiers avaient abattu la veille les 3 hommes qui ont attaqué des passants au couteau à Borough Market (centre de Londres) après avoir fauché plusieurs personnes au volant d'une camionnette sur le pont. "Ensuite, trois hommes en sont sortis armés de lames assez longues" et "ont poignardé des gens au hasard". L'information a été rapportée par l'organe de propagande de l'EI, Amaq, dans un communiqué publié lundi à Beyrouth.

"Les suspects portaient ce qui ressemblait à des vestes explosives, qui se sont révélées fausses", a précisé la police, annonçant par ailleurs un renforcement de ses effectifs dans Londres dans les jours à venir. - Les victimes - Sept personnes ont été tuées, dont un Canadien et un Français, et quelque 36 autres restaient hospitalisées dimanche, dont 21 dans un état "critique", d'après le service de santé NHS. Comme les deux précédentes, l'attentat de samedi a été revendiqué par l'EI, contre qui le Royaume-Uni a effectué ces dernières années des raids aériens en Irak et en Syrie.

Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et les restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes: les quartiers visés sont passés de la fête au cauchemar en quelques minutes.

Dès hier matin, Theresa May avait lié l'attentat à "l'idéologie malfaisante de l'extrémisme islamiste" dans une courte déclaration devant le 10, Downing Street. Au total sept Français ont été blessés, dont quatre grièvement, ainsi que deux Allemands, un Australien et un Espagnol.

La première ministre Theresa May doit présider une réunion d'urgence du conseil de sécurité gouvernemental ce lundi afin d'étudier la réponse à apporter à cette troisième attaque terroriste en Grande-Bretagne en moins de trois mois.

L'attentat a été perpétré à l'aide d'un véhicule bélier et de couteaux par trois hommes, qui ont été rapidement abattus par la police. Ils poignardaient tout le monde en criant "C'est pour Allah", selon plusieurs témoignages.

Un Français a été tué dans l'attentat de Londres et sept autres sont hospitalisés, a annoncé dimanche à Tunis le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. "Il n'existe aucune justification possible pour de tels actes barbares", a réagi le maire de Londres Sadiq Khan. Ces propos ont suscité une réaction du président américain Donald Trump, qui a accusé en substance le maire de Londres de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel se sont dits "aux côtés" de la Grande-Bretagne.

Dernières nouvelles