Attentat de Londres: Le Français tué était serveur dans un restaurant

Attentat à Londres 7 morts 48 blessés des Français parmi les victimes

Londres : un véhicule fonce dans la foule sur le London Bridge

Selon la presse locale, le jeune homme de 27 ans, qui se prénommerait Alexandre vivait à Londres et travaillait au Boro Bistro, un établissement dirigé par un Breton et une des cibles des assaillants. Le Français décédé a des attaches familiales en Bretagne, à Saint-Malo (nord-ouest de la France), mais n'était pas lui-même malouin, a indiqué à l'AFP le maire de la commune, Claude Renoult.

Vincent Le Berre a été témoin de l'attentat. Un terroriste est arrivé sur le toit du bar et a sauté sur le parasol de la terrasse, blessant un de mes collègues. Il a aussitôt attaqué. Outre Alexandre, une cliente a été tuée. Cette dernière attaque s'est avérée ne pas être lié aux deux autres, traitées comme des "actes de terrorisme" par la police. J'ai vu la haine dans ses yeux! "Il a été frappé dans le cou avec un couteau.", a-t-il dit au Télégramme. "Il a mis une quarantaine de personnes au sous-sol dans la cuisine et il leur a dit de ne pas faire de bruit, d'attendre", affirme Lisa.

Le jeune homme, Alexandre, est originaire de Caen, en Normandie, il était installé depuis deux ans et demi en Angleterre. "Mais, dernièrement, lui qui avait l'habitude de bavarder ne disait plus que bonjour-au revoir", a-t-il raconté avant de préciser: "Il avait deux enfants, l'un de trois ans environ et une petite fille née il y a tout juste deux semaines".

"Je ne sais pas s'il a prévu de revenir à Kerfourn". - Les personnes blessées - - Un policier qui n'était pas en service Un policier qui n'était pas armé et buvait un verre après sa journée de travail s'est précipité pour aider et a été blessé et hospitalisé dans un état grave, a indiqué la cheffe de la police londonienne Cressida Dick. Plus de 24 heures après l'attaque des trois terroristes dans le centre de Londres qui ont foncé sur des badauds avec une camionnette et qui ont ensuite poignardé des passants, le bilan est lourd.

Europe 1 indique qu'il y a une confusion sur une possible deuxième disparition française.

Ce dernier serait, selon le site du "Telegraph", l'un des terroristes de London Bridge qui a été abattu, portait une carte d'identité émise en Irlande. "On pense que cette personne aurait pu sauter dans la Tamise (au moment de l'attaque à la camionette), mais pour l'instant nous n'avons retrouvé ni son corps, ni aucun signe de vie", a précisé lundi matin le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, sur la radio.

Deux ressortissants français sont portés disparus après l'attentat de Londres qui a coûté la vie à un autre Français, a annoncé lundi à Londres le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Dernières nouvelles