Diplomatie: L'ambassadeur du Qatar a 48h pour quitter l'Égypte

L'ambassadeur du Qatar au Caire sommé de quitter l'Egypte sous 48 heures

L'Egypte suspend ses liaisons aériennes avec le Qatar à partir de mardi prochain

Selon Habib al-Saig, rédacteur en chef du journal émirati Al Khalidj qui a accepté de commenter la situation pour Sputnik, pour en finir avec le scandale diplomatique dans lequel le Qatar est embourbé suite à la décision de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de l'Égypte, des Émirats arabes unis, de la Libye, du Yémen, et des Maldives de rompre toutes relations lui, Doha doit faire un choix: renouveler sa politique ou former un nouveau gouvernement.

" L'ambassadeur du Qatar en Egypte (Saif Bin Muqaddam Al-Buainain, ndlr) a été convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères (...), un délai de 48 heures lui a été donné pour quitter le pays", selon le communiqué.

L'Egypte a annoncé ce lundi la suspension des liaisons aériennes avec le Qatar à partir de mardi, après avoir rompu ses relations diplomatiques avec le riche émirat gazier accusé de soutenir le "terrorisme". L'Iran est "inquiet" de la situation ainsi créée et "demande à tous" de "tirer partie des expériences amères dans la région, d'éviter l'émotion et de s'en remettre à la sagesse afin d'aller vers la paix et la désescalade", a affirmé M. Ghasemi. Une décision qui s'aligne sur la position du voisin saoudien et de ses alliés du Golfe.

Selon l'Arabie, Doha soutient aussi " les activités de groupes terroristes soutenus par l'Iran dans la province de Qatif (est) ", où se concentre la minorité chiite du royaume saoudien, ainsi qu'à Bahreïn, secoué depuis plusieurs années par des troubles animés par la majorité chiite de ce pays.

Il a également ajouté que chaque pays devait être indépendant et libre, mais que cette liberté n'était pas synonyme de coopération avec l'Iran, d'incitation à la haine entre les musulmans et chrétiens en Égypte, de droit de qualifier de "un coup d'État " les révolutions en Égypte.

De son côté, la compagnie aérienne égyptienne EgyptAir a annoncé dans un communiqué "la suspension de ses vols reliant Le Caire à Doha, à partir de mardi, jusqu'à nouvel ordre".

Le Qatar a réagi en dénonçant par la voie de son ministre des affaires étrangères, des mesures "injustifiées" et "sans fondement", pour "placer l'Etat sous tutelle".

Par ailleurs, la "guerre froide" entre pays arabes pourrait avoir des conséquences sur le football plus tôt que prévu: en qualifications pour le Mondial 2018, le Qatar pourrait avoir à affronter l'Arabie Saoudite ou les Emirats Arabes Unis en pré-barrage, à condition de terminer troisième de son groupe.

Le Caire accuse également Doha "de véhiculer l'idéologie d'Al-Qaïda et de l'Etat islamique et de soutenir les opérations terroristes dans le Sinaï".

La dernière crise ouverte dans le Golfe remonte à 2014 lorsque trois pays du CCG (Arabie, Bahreïn et Emirats) avaient rappelé leur ambassadeur à Doha pour protester contre le soutien présumé du Qatar aux Frères musulmans.

Dernières nouvelles