Ferrand se dit "confiant" quant à sa victoire aux législatives — Finistère

Le ministre de la Cohésion territoriale Richard Ferrand à l'Elysée à Paris le 31 mai 2017           STEPHANE DE SAKUTIN- AFP

Le ministre de la Cohésion territoriale Richard Ferrand à l'Elysée à Paris le 31 mai 2017 STEPHANE DE SAKUTIN- AFP

Ferrand est soupçonné d'avoir conclu des transactions avantageuses à sa conjointe à l'époque où il présidait une compagnie d'assurances.

"Le parquet de Brest avait fait savoir vendredi qu'il n'ouvrirait pas d'enquête, " aucun des faits relatés " n'étant " susceptible de relever d'une ou plusieurs qualifications pénales ". Au lendemain de ces nouvelles révélations, Richard Ferrand avait tenu à répondre " point par point ".

Peu loquace sur le sujet, Emmanuel Macron a refusé de répondre aux journalistes qui l'interrogeaient sur l'affaire lors de son déplacement dans le Morbihan, jeudi matin. Le président avait expliqué que la presse ne doit "pas devenir juge".

Le feuilleton continue. Une semaine après les révélations du Canard Enchaîné sur le montage immobilier de Richard Ferrand, puis les révélations du Monde et Médiapart, le parquet de Brest a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire. Emmanuel Macron a appelé le gouvernement à la 'solidarité', soulignant que seule la justice pouvait dire ce qui constituait 'une affaire'.

S'étonnant du "silence troublant du président de la République", le secrétaire général de LR Bernard Accoyer a estimé que le ministre devrait être "mis en retrait du gouvernement".

Le tout a provoqué une grande indignation à gauche comme à droite.

Le contexte? En mai dernier, Valeurs Actuelles relevait que François Bayrou, éleveur de chevaux, avait de lui-même reconnu avoir reçu en cadeau de la part de l'homme d'affaires Jean-Luc Lagardère (décédé en 2003) une "saillie" d'un de ses étalons pour l'une de ses juments. Il l'a même comparée à l'affaire Cahuzac, qui avait "coûté très cher" au gouvernement sous la présidence de François Hollande.

"C'est un véritable coup de tonnerre qui se produit dans le dossier Richard Ferrand".

Pour l'heure, il y a toujours "un effet de souffle pour En Marche et une vraie difficulté pour les partis de gouvernement, surtout le PS mais aussi la droite", souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. "Et cet enrichissement personnel ressemble fichtrement à l'affaire Fillon". Richard Ferrand, révélés par différents organes de presse depuis le 26 mai 2017 " . "C'est en quelque sorte la loi pour la moralisation sauf pour monsieur Ferrand", a-t-il regretté. 'Je ne le ferai pas pour deux raisons: d'abord j'ai ma conscience pour moi, je ne suis pas mis en cause par la justice de la République que je respecte profondément, et (.) je veux me consacrer aux priorités de mon ministère', a-t-il répondu.

Marine Le Pen: "Quand la première décision que vous prenez c'est une loi de moralisation de la vie politique, on ne peut pas nous expliquer aujourd'hui que les agissements de M. Ferrand sont acceptables".

Dernières nouvelles