Législatives 2017 : Bruno Bonnell (REM) épinglé pour ses pratiques fiscales

France Télévisions

France Télévisions

Deuxième partie des révélations: l'optimisation fiscale.

Beaucoup de candidats de La République en marche font leurs débuts en politique, à l'image de Bruno Bonnell, candidat aux législatives dans la 6e circonscription. Porté par la vague En marche!, ce proche de Gérard Collomb avait toutes les cartes en main pour faire vaciller ce bastion socialiste. Plus récemment, il a contribué à la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron en mettant notamment son réseau au service du candidat pour faire le plein de dons privés. Si l'intéressé, interrogé par Mediapart, minimise, déplorant un "excès de zèle" de la part du gendarme de la Bourse, sa société avait alors été condamnée en 2008 par l'autorité de régulation à verser 40.000 euros.

Si Bruno Bonnell n'en est à l'époque plus le patron (il avait été limogé un an plus tôt, ndlr), c'est "bien sa gestion qui est visée", explique Mediapart. L'AMF lui reproche d'avoir "artificiellement fait varier" le cours du titre d'Infogrames Entertainment entre juin 2003 et juin 2004, alors qu'il en était le directeur général.

Le site d'investigation évoque aussi un autre document: un jugement de divorce datant de 2011 selon lequel Bruno Bonnell aurait "entièrement restructuré son patrimoine (.) afin d'éluder l'impôt sur la fortune d'abord et l'impôt sur le revenu". Mais il se défend d'avoir voulu échapper à cet impôt. S'il n'a pas été soumis à l'ISF sur cette période, c'est en raison de la pension alimentaire versée à son ex-femme dans sa déclaration de revenus, qui a été "prise en compte pour le calcul de cet impôt", clame-t-il.

Un chaton sur des affiches violettes: qu'est-ce que le Parti animaliste? Dans leur arrêt, les magistrats notent que cet État est "connu du monde de la finance internationale pour être ce que l'on nomme communément 'un paradis fiscal'". En exhumant cette décision de justice, Mediacités s'est aperçu que Bruno Bonnell possède une société au Delaware, aux Etats-Unis, un État qui présente les caractéristiques d'un paradis fiscal - sans être reconnu comme tel par l'OCDE.

L'une des deux sociétés de Bruno Bonnel alimente tout particulièrement les soupçons d'optimisation fiscale.

"J'ai créé BB26 en 2007, après mon licenciement d'Atari, parce que j'avais l'intention de rester aux Etats-Unis et de développer une activité dans les jeux en ligne [.]". Dans Lyon Capitale, le candidat s'explique à nouveau: "Je comptais y établir la base américaine de mes activités de jeux en ligne".

"

"Le Delaware n'est pas qu'un paradis fiscal, c'est aussi un lieu où l'on peut monter des sociétés rapidement".
".

Dernières nouvelles