A Berlin, le G20 veut soutenir l'économie africaine, pour endiguer les migrations

BCE s'envole à Berlin pour participer au Sommet du G 20

A Berlin, le G20 veut soutenir l'économie africaine, pour endiguer les migrations

Cette fois-ci, dans une démarche qui se veut ouverte "à tous les pays africains", le Ghana et l'Ethiopie se sont joints à cette initiative et les dirigeants du Niger, d'Egypte ou encore du Mali sont aussi venus s'exprimer à Berlin devant une centaine d'investisseurs. La priorité voulue par la chancelière allemande est donc " une opportunité d'attirer les investissements, les bénéfices et les emplois ", selon un responsable du ministère allemand des finances.

" La mondialisation ne nous tombe pas dessus ", a dit la chancelière allemande, à l'ouverture de la conférence " G20 partenariat avec l'Afrique " qui invite à investir dans un avenir commun.

Il s'agit plutôt de rendre les pays africains plus attirants à l'investissement par le biais du soutien politique des pays du G20 et technique des institutions financières internationales.

Les échanges entre Berlin et les dirigeants africains vont porter aussi sur l'immigration.

La question est d'autant plus pressante que l'Union européenne ne semble pas jusqu'ici en mesure de stopper l'afflux des migrants, pour beaucoup subsahariens, qui rejoignent les côtes italiennes depuis l'instable Libye. Et jusqu'à présent, le développement économique du continent africain n'avait jamais été à l'agenda des pays riches.

"Pour efficacement s'attaquer au problème des déplacements forcés et des migrations, nous devons soutenir un développement durable et stimuler les investissements dans les pays d'origine", a insisté Paolo Gentiloni, dirigeant de l'Italie et actuel président du G7.

Du côté africain, sont attendus dans la capitale d'Allemagne, les chefs d'état ivoirien, Alassane Ouattara, tunisien, Béji Caid Essebsi, nigérien, Mahamadou Issoufou, rwandais, Paul Kagamé, sénégalais, Macky Sall, ghanéen Nana Akufo-Addo, égyptien, Abdel Fattah al-Sissi et malien, Ibrahim Boubacar Keïta ainsi que le Guinéen, Alpha Condé, par ailleurs président de l'Union Africaine (UA).

L'ONG One estime que l'initiative allemande dans le cadre du G20 est à saluer, même si " les propositions actuellement sur la table sont insuffisantes " parce que trop tournées vers les Etats les plus solides et trop concentrées sur les investissements privés. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Dernières nouvelles