Arabie Saoudite : pourquoi porter le maillot du Barça conduit droit en prison

L'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Yémen, l'Egypte et les Maldives ont annoncé le 5 juin rompre toute relation diplomatique avec l'émirat gazier, accusé de soutenir le terrorisme.

À Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit que la Russie entreprendra tous les efforts possibles pour soulager les tensions.

Les répercussions ont été immédiates: Qatar Airways s'est vue retirer sa licence par l'Autorité de l'aviation civile saoudienne et des dizaines de vols de la compagnie qatarie ont été annulés au départ et à l'arrivée à Doha.

'Pour potentiellement des milliers de personnes dans le Golfe, le résultat de ces mesures, c'est de la souffrance, des déchirements et de la peur', a réagi James Lynch, un responsable d'Amnesty International, dans un communiqué. Nous constatons un manque de nourriture, des familles sont séparées de force et des enfants sont retirés de l'école.

"A ce stade, il n'y a pas eu d'impact sur nos opérations", avait déclaré le capitaine de vaisseau Jeff Davis à la presse.

DUBAÏ, Émirats arabes unis - Les pays arabes qui ont cessé toute collaboration avec le Qatar ont salué samedi le soutien enthousiaste exprimé par le président américain Donald Trump lorsqu'il a appelé le pays du Golfe à cesser "le financement du terrorisme".

Prenant la parole depuis la roseraie de la Maison-Blanche, vendredi, M. Trump a soutenu que le Qatar "a, historiquement, été un bailleur de fonds du terrorisme à un niveau très élevé". La décision concerne plus de 11.000 personnes originaires d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et de Bahreïn, selon des statistiques officielles. Ils n'ont en revanche pas répondu à l'appel du département d'Etat américain qui leur demandait d'alléger la pression sur Doha. "J'ai une requête à formuler au gouvernement saoudien: vous êtes le plus grand pays du Golfe, le plus puissant (.), vous devriez y donner le signal de la fraternité, vous devriez rassembler tout le monde", a déclaré vendredi le président Recep Tayyip Erdogan.

Donald Trump savait-il que le Qatar abritait sur son sol la base militaire d'Al-Udeid près de Doha et que les Etats-Unis en avait fait le quartier général de la coalition anti-Daech, avec la présence sur place en permanence de 10.000 hommes?

Le cheikh Sabah al Ahmad al Djaber al Sabah, émir du Koweït qui a déjà joué les médiateurs lors de la crise diplomatique survenue en 2014, s'est rendu à Ryad, à Abou Dabi et à Doha, mais ses déplacements sont pour le moment restés vains. Elle a estimé que les pays du Golfe, ainsi que l'Iran et la Turquie devaient travailler ensemble pour résoudre le différend régional.

Dernières nouvelles