"Lloris a le soutien total du groupe" — Varane

Mondial-2018: Deschamps prévient que les Bleus ne vont pas affronter la Suède

Équipe de France. Deschamps : « Je suis toujours vigilant »

Lloris a fait une grosse bévue, offrant la victoire à la Suède (2-1) en toute fin de match à Stockholm en qualifications au Mondial-2018, ce qui relègue l'équipe de France à la deuxième place du groupe A. Avec le recul, toute cette dernière phase de jeu au bout du temps additionnel, avec dès le départ, la passe en retrait de Sidibé aurait dû être évitée, et Lloris, sans partenaire autour de lui, a pris un risque étonnant au vu de son expérience. J'ai l'habitude de jouer, de repartir de derrière...

"Je voulais relancer propre comme j'essaye toujours de le faire". Le mérite revient au joueur qui a pressé, à celui qui a marqué en une touche.

Forcément, on le pense au fond du gouffre. Pas plus, en tout cas, qu'il y a un an quand elle avançait à tâtons vers la finale de son Euro, alors qu'elle aurait pu surfer sur la vague pour franchir un cap dans la maîtrise.

"J'en ai fait une avant, j'en fais une (vendredi) et peut-être que j'en ferai d'autres à l'avenir". Je les assumais avant, et j'assumerai toujours, je garde la tête haute même si le sentiment est regrettable. Parfois, il y a des erreurs dans le sport, et ça tombe sur moi aujourd'hui. Ça aurait été un résultat correct.

Le sélectionneur des Bleus est revenu sur la confrontation contre la Suède ce vendredi, et a répondu aux questions de nos journalistes au sujet de la composition de l'équipe de France.

"Inutile de préciser que personne chez les Bleus n'a sorti la pelle pour enterrer le gardien de Tottenham". "Je n'ai pas mis que des défenseurs, puisqu'on avait deux attaquants axiaux (Olivier Giroud et Antoine Griezmann, ndlr), plus +Dim+ (Payet), plus Paul (Pogba) qui est dans la création", s'est défendu Deschamps dimanche sur TF1. C'est dommage, parce que vraiment il ne le mérite pas. "Il est évident que quand un gardien fait une erreur, cela se voit beaucoup plus", a rappelé Deschamps. Benoît Costil ne compte qu'une sélection et seulement 9 matches de Ligue Europa, alors qu'Alphonse Areola, qui représente la relève, n'est même pas titulaire au PSG. "Il y a eu un scénario catastrophe". Il est souvent décisif mais là, ça nous coûte cette défaite. La Suède et la France sont désormais à égalité de points, 13, mais les Scandinaves devancent les Bleus à la différence de buts (+8 contre +6).

" Ça, il le sait". Tout dépend ce qu'il se passe sur le terrain et de l'évolution du score. "L'idéal aurait été de dégager vite et loin, mais malheureusement, il n'a pas fait ce choix-là", a ajouté "DD". " On s'attendait à ce match-là". C'est ce qu'on espère tous.

Dernières nouvelles