L'immunité de Jean-Marie Le Pen levée — Parlement européen

Jean-Marie Le Pen veut taper l'incruste au prochain bureau politique du FN

Jean-Lin Lacapelle: «Il doit y avoir une refonte du FN, le parti doit se remettre en question»

Le Parlement européen a décidé mercredi de lever l'immunité parlementaire de Jean-Marie Le Pen, ancien président du Front National français, et de Mylène Troszczynski, elle aussi élue FN.

L'immunité parlementaire de Jean-Marie Le Pen lui avait déjà été retirée à propos d'une vidéo postée en juin 2014 dans laquelle il avait proposé de faire "une fournée " de plusieurs artistes, dont Patrick Bruel, Yannick Noah et Madonna, propos pour lesquelles il était poursuivi pour incitation à la haine raciale. Pour ces propos, il est visé par une information judiciaire ouverte pour "diffamation publique" à caractère raciste. Avec celle votée aujourd'hui, c'est la cinquième fois que les députés européens lui retirent en effet sa protection pour qu'il puisse répondre de ses propos devant la justice.

Et de 5! Pilier du Parlement européen où il siège pratiquement sans discontinuer depuis 1984, Jean-Marie Le Pen est aussi le recordman des levées d'immunité parlementaires.

Il a beau ne pas avoir "encore reçu" sa convocation officielle, Jean-Marie Le Pen a bien l'intention de se rendre au bureau politique du Front national, le 20 juin prochain, selon Le Parisien.

L'eurodéputée est poursuivie par le parquet de Bobigny pour "diffamation publique" à caractère raciste et "provocation à la haine ou à la violence" raciste, pour avoir diffusé sur Twitter, en septembre 2015, une photo de femmes intégralement voilées devant une caisse d'allocations familiales.

Les eurodéputés ont estimé que les procédures judiciaires n'avaient pas pour volonté d'entraver l'exercice du mandat des deux élus concernés.

Ce dernier reproche à Marine Le Pen de l'avoir accusé, en mai 2015 sur iTELE/Europe 1, de financer l'Union des organisations islamiques de France. Mais cette fois-ci, c'est la présidente du FN, Marine Le Pen, qui est visée dans le cadre d'une affaire de diffamation à l'encontre du maire de Nice, Christian Estrosi. Avant même le second tour du scrutin, à duquel la formation de Marine Le Pen ne devrait pas obtenir plus de quatre ou cinq élus dans le meilleur des cas, celui qui reste président d'honneur du parti fait savoir ce mercredi, dans les colonnes du Parisien, qu'il compte bien participer au prochain bureau politique qui doit se tenir à Nanterre le 18 juin prochain. Une autre demande est en cours dans l'affaire des emplois potentiellement fictifs de certains assistants parlementaires du Front National.

Dernières nouvelles