La maltraitance des personnes âgées doit être "un problème de société"

Ce jeudi marque la 12e Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées

Ce jeudi marque la 12e Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées

Une nouvelle étude, soutenue par l'OMS et publiée dans Lancet Global Health, révèle que près de 16% des personnes âgées de 60 ans et plus subissent soit une maltraitance psychologique, une maltraitance financière, une négligence, des abus physiques ou des abus sexuels.

Si les médias se font régulièrement l'écho de cas de maltraitance dans certains établissements d'accueil des personnes âgées, ce n'est pas dans ceux-ci qu'on en dénombre le plus. Ces formations sont basées sur une philosophie respectueuse de l'individu et sont composées de 150 techniques du "prendre soin". L'écoute, le regard, le toucher... sont autant d'outils qui permettent de lutter contre des comportements agressifs liés à la maladie.

Celle-ci reconnaît qu'il est parfois difficile de discuter d'argent, surtout avec des personnes âgées, mais que cela est nécessaire pour faire cesser une situation d'abus. "On sait très bien que quand on valorise quelqu'un, on arrivera beaucoup mieux à faire certaines actions", note Emmanuelle Lacroix, "ensuite, on a des outils très pratiques pour aider quelqu'un à s'asseoir au bord du lit, pour l'aider à marcher... car ce qui nous intéresse aussi, c'est de travailler sur cette notion de verticalité, vivre et mourir debout, puisque l'individu est fabriqué pour vivre debout". Ce DVD est disponible en grandes surfaces et sur le site de l'association Agevillage.

Trois cents dix-huit. C'est le nombre d'appels entrants reçus par l'Alma 22 en 2016, centre départemental d'écoute contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés. Le numéro vert 3977 lutte également contre les maltraitances. Chaque jour, 70 à 80 appels téléphoniques arrivent à la permanence téléphonique. "Ce peut être un enfant qui sature de voir sa maman dans cet état, l'épouse qui a le sentiment de devoir être là pour son mari 24 heures sur 24 et qui fatigue", énumère le président du 3977, qui précise tout de même que peu de cas de "maltraitance perverse" enfants-parents sont découverts. Maltraitance physique, psychologique, financière, médicamenteuse, entrave à la liberté, négligence active ou maltraitance passive. Tous les écoutants sont des psychologues. "Une écoute, c'est recueillir la souffrance de la personne, ne pas la juger, contenir l'angoisse et la préparer à la résolution du problème".

D'après l'ancienne ministre déléguée chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay, 600 000 personnes âgées seraient maltraitées.

Le numéro 3977 contre la maltraitance est accessible du lundi au vendredi de 9h à 19h.

Dernières nouvelles