" "Le bisphénol A reconnu comme " extrêmement préoccupant " par l'Europe

La France précurseur dans l'interdiction du BPA

Le bisphénol A est reconnu comme un perturbateur endocrinien à l'échelle européenne, sur demande de la France

"L'inscription du BPA sur la liste des substances extrêmement préoccupantes ouvre la possibilité d'en limiter l'usage, en conditionnant son utilisation à l'octroi d'une autorisation temporaire et renouvelable ".

Longtemps présent dans les biberons, les conserves ou les canettes, parmi tant d'autres exemples, le bisphénol A, aussi appelé BPA, vient de rejoindre la liste des substances extrêmement préoccupantes établie par l'Agence européenne des produits chimiques (Echa), annonce ce vendredi 16 juin 2017 l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses), qui avait réclamé cette reconnaissance en février 2017. Par la voix de l'Anses [i], c'est la France qui en avait formulé la demande fin août 2016. A cette question, l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) répond que cette substance à un rôle de "perturbateur endocrinien".

Ce sont ses propriétés de perturbateur endocrinien pour la santé humaine qui lui valent d'intégrer ce classement. En février puis en mai dernier, la Commission européenne a renoncé à définir ce terme.

La principale conséquence de la décision rendue publique aujourd'hui par l'ECHA sera que les industriels et les distributeurs devront désormais notifier à l'agence européenne la présence de cette substance dans tout article fabriqué ou importé dans l'UE. Mais ces perturbateurs endocriniens divisent les nations européennes, qui depuis des mois échouent à se mettre d'accord sur une définition de ces produits, première étape vers une législation à l'échelle de l'Union.

Se félicitant de cette avancée décisive, Alice Bernard, juriste à l'association ClientEarth (accréditée par l'ECHA pour assister aux réunions du comité des Etats membres), estime toutefois auprès du JDLE que "cette décision ne suffit pas à contrôler le produit. C'est normalement un processus très long, j'espère que cela ne prendra pas trois ans". Ainsi, depuis le 1er janvier 2015, le bisphénol A est interdit en France dans les contenants alimentaires, conduisant à une baisse significative du niveau d'exposition à cette substance.

Dernières nouvelles