58 personnes présumées mortes — Incendie à Londres

Cinquante-huit personnes sont portées disparues et présumées mortes dans l'incendie qui a ravagé cette semaine une tour d'habitation de Londres, a annoncé samedi le chef de la police de la capitale britannique, Stuart Cundy.

"Cette journée est traditionnellement un jour de fête", déclare la souveraine dans un message au ton inhabituel alors qu'ont lieu les célébrations pour son 91e anniversaire. 'Unis dans notre tristesse, nous sommes tout autant déterminés, sans crainte ni faveur, à aider à reconstruire les vies de tous ceux qui ont été si affreusement affectés par la blessure et la perte'.

Theresa May a rendu visite vendredi à des blessés à l'hôpital.

"L'histoire de deux leaders", constatait samedi le Daily Mirror en publiant en une les deux photos, tandis que le Times soulignait que la Première ministre avait dû s'entourer d'une forte protection policière lors de son déplacement.

La colère monte parmi les survivants et les proches des victimes, qui dénoncent la gestion de l'immeuble mais aussi la réaction de Theresa May face à ce drame.

La veille, les autorités avaient fait état de 30 morts dans l'incendie de cet immense immeuble d'habitations.

Près de 600 personnes habitaient dans cet immeuble de 120 appartements et, selon les médias britanniques, 70 personnes manqueraient à l'appel. Quant à leur identification, elle risque d'être longue et difficile, avec un risque qu'elle ne soit jamais possible, a dit M. Cundy en raison de la chaleur dégagée par le brasier.

Les autorités locales sont accusées de ne pas avoir entendu les cris d'alerte concernant la sécurité du bâtiment de 24 étages parce qu'ils provenaient d'une population majoritairement modeste.

De nombreux résidents ont affirmé qu'il n'y avait pas d'issue de secours, pas d'extincteur, pas d'alarmes incendie. Le revêtement installé l'an dernier sur la façade aurait en outre favorisé la propagation de l'incendie.

La Première ministre avait été critiquée pour ne pas avoir rencontré les survivants au lendemain de l'incendie.

Insuffisant pour une partie de la presse britannique: "Un leader qui a peur de rencontrer ses concitoyens est fini", lançait le Guardian dans un éditorial implacable. Et une veillée aux bougies s'est tenue près de la tour calcinée.

Ce qui porte le bilan total à 88 victimes pour le moment. Il s'agit de Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui vivait au 14e étage et étudiait l'ingénierie civile à la West London University.

Dernières nouvelles