Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob nient toute participation

Jacqueline et Marcel Jacob, grand-oncle et tante du petit Grégory, ont été mis en examen, vendredi 16 juin, pour "enlèvement " et "séquestration suivie de mort ".

"En vingt ans d'exercice professionnel, je n'ai jamais vu ça de ma vie".

"Grégory a été enlevé du domicile de ses parents, il a été séquestré et retenu pendant un certain temps jusqu'à sa mort (...) Les personnes qui ont participé à son enlèvement sont responsables de sa mort (...) Le corbeau est composé de deux personnes", a poursuivi le procureur.

Le parquet général de Dijon a par ailleurs requis vendredi l'inculpation de Marcel Jacob, grand-oncle du petit Grégory Villemin et oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père de Grégory), pour séquestration et réclamé son placement en détention provisoire pour 4 jours, rapportent plusieurs médias français.

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines qui déchiraient la famille.

Interrogée en exclusivité par TF1 ce vendredi, Valérie Jacob, la fille de Marcel et Jacqueline Jacob, a avoué avoir été profondément "choquée" par la mise en examen de ses parents, avec qui elle est en froid quelques années, dans l'affaire Grégory.

Jacqueline Jacob, 72 ans, n'a pas dérogé au rôle de l'épouse discrète tenu depuis 1984. "Ce même lien se retrouve entre ces écrits anonymes et les appels téléphoniques anonymes qui ont été passés par le corbeau, qui était double parce que nous savons qu'il y a un homme et une femme", a-t-il expliqué.

"Bernard Laroche aurait participé à l'enlèvement" de Grégory, a affirmé le procureur général. Mais selon le procureur de la République de Dijon, Jean-Jacques Bosc, "il y a un débat (sur ce qu'ils faisaient le jour de la disparition), ils ne présentent pas en l'état d'alibi qui soit confirmé ou étayé".

La justice soupçonne également les époux Jacob d'être les "corbeaux". Si l'auteur n'est pas formellement connu, la justice a constaté "une similitude importante des termes" utilisés dans ce document et dans la lettre de 1983, attribuée à Jacqueline Jacob. Grâce à lui, les analystes criminels ont pu porter "un regard neuf sur la procédure" en reconstituant la chronologie avant et après le crime et en pointant des incohérences.

La maison de la grand-mère de Grégory, dans la vallée de la Vologne.

L'enquête démontre les relations délétères qu'entretenait le couple Jacob avec les parents du petit Grégory, Jean-Marie et Christine Villemin. Cette dernière a été remise en liberté jeudi en fin d'après-midi. Très discrète et peu loquace au début de cette affaire, sa possible implication provoque la stupeur.

Affaire Grégory: qui sont les protagonistes?

Dernières nouvelles