Bayrou juge "vital" un volet contesté par le Conseil d'Etat — Moralisation politique

François Bayrou Garde de sceaux ministre de la Justice participe au Conseil des ministres au Palais de l'Elysée à Paris jeudi 18 mai 2017- 2017

VIDÉO - Relations avec les médias : Édouard Philippe rappelle à François Bayrou son devoir "d'exemplarité"

Edouard Philippe a rappelé, mardi 13 juin, François Bayrou à son devoir d'" exemplarité ", le garde des sceaux étant accusé de " pression " sur Radio France.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a invoqué mercredi la "culture" du "off" avant de reconnaître que François Bayrou avait bien appelé Radio France "pour se plaindre" d'une enquête menée sur le MoDem, excluant cependant toute "menace" du Garde des Sceaux. Cet appel est intervenu mercredi, quelques heures avant la diffusion d'une enquête sur les emplois d'assistants parlementaires d'eurodéputés de son parti.

"

" Je ne suis pas devenu muet en rentrant dans un ministère."
".

François Bayrou a confirmé à l'AFP avoir appelé Radio France en tant que "citoyen", estimant que cela n'avait "rien à voir" avec sa fonction.

"Le truc est assez simple: quand on est ministre, on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen", a dit le Premier ministre sur franceinfo.

Christophe Castaner a estimé mercredi que "toute tentative d'influence" de ministres auprès de médias était "nocive au fonctionnement démocratique", "c'est un principe absolu".

Le président du MoDem avait dû se fâcher pour obtenir auprès de REM les investitures qu'il souhaitait, et si 69 candidats MoDem sont encore en course pour le second tour, ils pèseront bien peu au final dans la balance.

"Il va y avoir un groupe (MoDem, ndlr) important, c'est la résurgence d'un mouvement très important dans l'histoire politique de la France", s'est rassuré François Bayrou mercredi.

"Il faut de la liberté de parole, je ne sais pas vivre sans la liberté de parole", a-t-il dit mercredi.

"Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire à des Français, à des responsables, qu'ils soient politiques, qu'ils soient journalistiques, qu'ils soient médiatiques, chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire, je le dirai", a déclaré le patron du MoDem, en marge d'un déplacement à Lens (Pas-de-Calais) pour soutenir un candidat de son parti aux législatives.

"Je ne cherche pas à être latéral dans la majorité, je cherche à être central dans la majorité, enfin je veux dire le MoDem cherche à être central dans la majorité", a-t-il dit. "Un ministre ne démissionne que s'il est mis en examen", a rappelé l'Elysée auprès de l'AFP.

Pour l'instant, le ministre de la Justice est soutenu par le chef du gouvernement.

Dernières nouvelles