Grégory La grand-tante inculpée pour enlèvement et séquestration

Affaire Grégory la famille Villemin

Affaire Grégory la famille Villemin

AFP Reproduction d'une des lettres de menaces adressées aux parents de Grégory Villemin.

3 décembre 2008. La cour d'appel de Dijon, saisie par les époux Villemin, ordonne la réouverture de l'enquête pour une nouvelle recherche d'ADN.

Marcel Jacob est en revanche particulièrement lié à Bernard Laroche, un autre neveu dont il est laîné dà peine quelques années et avec lequel il a été élevé.

Le grand-oncle et la grand-tante du petit garçon, Marcel et Jacqueline Jacob, ont été mis en examen ce vendredi à Dijon pour "enlèvement et séquestration suivis de mort", puis écroués.

Également mise en examen pour les mêmes chefs d'accusation que son époux, Jacqueline Jacob, avait gardé jusqu'alors une remarquable discrétion depuis le début de l'affaire.

Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob, devant le tribunal de Dijon, vendredi.

"En vingt ans d'exercice professionnel, je n'ai jamais vu ça de ma vie".

Quels sont les éléments d'enquête nouveaux qui ont permis d'aboutir à ces mises en examen? Selon une source proche du dossier, des documents écrits par la grand-tante de Grégory ont été saisis en perquisition à des fins de comparaison.

Y-a-t-il des preuves que Jacqueline et Marcel Jacob soient bien les "corbeaux " ( auquel cas, les lettres anonymes viendraient aussi d'eux et - si l'on en croit le procureur - la lettre de revendication du crime )? Il doit tenir une nouvelle conférence de presse à 16H00 ce vendredi.

Trois membres de la famille du petit Grégory Villemin ont été interpellés mercredi et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de l'enfant. Les grands-parents de Grégory sont également entendus en audition libre.

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines déchirant la famille.

Marcel Jacob et Michel Villemin, frère de Jean-Marie, étaient très liés à Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, tué en 1985 par Jean-Marie, son cousin qui le pensait coupable.

"Je ne suis pas venu aujourd'hui vous dire que l'affaire était résolue" et "je ne sais pas qui est l'auteur" du crime, avait admis jeudi Jean-Jacques Bosc, ajoutant qu'à ce stade, "les investigations montrent que plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime". "La lettre d'un " corbeau " anonyme revendiquant le meurtre en invoquant une " vengeance ", apparemment postée à l'heure où le corps n'avait pas encore été retrouvé, donnait d'emblée à cet horrible fait-divers une dimension mystérieuse. Elle pourrait être l'auteure d'un des courriers de menaces envoyés en 1983, un an avant le drame, aux parents de Grégory.

Même si ce n'est pas la première fois ici, les derniers rebondissements dans l'affaire du meurtre de Grégory Villemin nous amènent à aborder de nouveau la question de la prescription de l'action publique et celle de l'allongement des délais en la matière.

Dernières nouvelles