Le pétrole ouvre en légère hausse à New York

Opep-Le marché se rééquilibre mais plus lentement | Crédits

Opep-Le marché se rééquilibre mais plus lentement | Crédits

Les cours auront ainsi chuté jusqu'à leur plus bas niveau en clôture observé depuis novembre 2016.

Pour ce dernier, les cours "pourraient facilement repartir à la baisse car le marché a été particulièrement marqué par le rapport du département américain de l'Energie" diffusé mercredi et montrant notamment une hausse surprise des réserves d'essence aux Etats-Unis alors même que la demande des automobilistes américains augmente habituellement à l'approche de l'été.

Ce maintien des stocks à un niveau élevé est d'autant plus préoccupant que les raffineries américaines ont parallèlement augmenté leur cadence, un contexte en théorie propice à la réduction des volumes stockés. Aussi le rebond de vendredi "n'est sans doute qu'une stabilisation", selon Bart Melek de TD Securities.

Les réserves d'essence ont elles augmenté de 2,1 millions de barils, alors que les estimations des économistes compilées par Bloomberg prévoyaient un repli de 1 million. "Même si les réserves de brut diminuent, on s'attendait à ce que ce soit de façon plus importante", a-t-il expliqué. Les réserves commerciales de brut avaient en effet fortement progressé la semaine précédente, de 3,3 millions de barils.

Cette hausse des stocks américains pèse toujours sur le moral des investisseurs, qui voudraient voir s'amorcer le rééquilibrage du marché mondial dans la mesure où l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires ont décidé d'abaisser leur production dans le but de réduire les stocks mondiaux.

Les stocks de brut ont baissé de 1,7 million de barils à 511,5 millions.

Les cours de l'or noir remontaient mais restaient proches de leurs plus bas en six semaines, atteints jeudi en cours de séance asiatique à 46,70 dollars pour le Brent et jeudi à 22H00 GMT à 44,24 dollars pour le WTI.

Dernières nouvelles