Le Tchad rappelle son ambassadeur au Qatar

L'Émir du Qatar Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani

Soutien au terrorisme : l'Arabie saoudite se blanchit sur le dos du Qatar

La question ne porte pas sur "un changement de régime" mais sur la nécessité d'un "changement de politique", a-t-il dit au nom de son pays et de l'allié saoudien.

Le ministre qatari des Affaires étrangères dénonce "une campagne médiatique hostile à l'Etat du Qatar" à laquelle, dit-il, l'émirat "fera face". Qualifiant les sanctions prises à l'encontre de Doha de " pas bonnes ", Recep Tayeb Erdogan a ajouté: "en tant que Turquie, nous allons poursuivre et développer nos relations avec le Qatar, comme avec tous nos amis qui nous ont soutenus dans les moments les plus difficiles, notamment le putsch du 15 juillet ".

- Conditions et exigences -M.

Emboîtant le pas à l'Arabie Saoudite et à ses alliés, Nouakchott justifie sa décision de boycott par l'intention du Qatar de "semer le chaos et l'agitation dans plusieurs pays arabes".

Bahreïn et les Émirats arabes unis ont aussi rompu leurs liens avec le Qatar, que la coalition militaire arabe au Yémen a par ailleurs exclu, également pour son "soutien au terrorisme", citant explicitement dans un communiqué Al-Qaïda et l'Ei, bien implantés au Yémen. "Le catalogue est vaste". Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir, qui s'est rendu à Paris et Berlin, a déclaré n'avoir demandé de médiation ni de la France ni de l'Allemagne. "Mais nous le ferons dans le cadre du Conseil de coopération du Golfe (CCG)". Voici les principaux faits de ces derniers jours ayant conduit à la crise sans précédent entre le Qatar et ses voisins du Golfe.

- 25 mai: "Le Qatar divise les Arabes", titre le quotidien émirati Al-Bayane, tandis que le journal saoudien Al-Hayat affirme que les propos prêtés à cheikh Tamim ont provoqué "une indignation à grande échelle".

Ces ruptures de relations diplomatiques en cascade avec le Qatar sont au centre d'une grave crise diplomatique majeure au Moyen-Orient et intervient deux semaines après une visite à Ryad, Arabie Saoudite, du président américain Donald Trump qui a appelé les pays musulmans à faire bloc contre la radicalisation de l'Islam. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. Des habitants paniqués avaient pris d'assaut les supermarchés à l'annonce de la rupture des relations avec le Qatar et la fermeture des frontières terrestres, maritimes et de l'espace aérien avec ce pays de 2,4 millions d'habitants.

Dernières nouvelles