Les photos de son retour sur Terre

Thomas Pesquet de retour sur Terre ce vendredi

Retour sur terre périlleux pour les astronautes

Après six mois passés à bord de la station spatiale internationale, Thomas Pesquet s'apprête à faire son grand retour sur Terre.

"Baïkonour! C'est de là que j'ai quitté la Terre voilà 195 jours et c'est dans ses environs que je vais la retrouver".

Et, poursuivant ses exploits, il a tenu à marcher jusqu'au bus, en titubant car après tant de jours en apesanteur (en l'occurrence 186, le record avant d'être détrôné par Thomas Pesquet), le corps n'a plus de notion d'équilibre. L'astronaute français et ses deux collègues russe et américain se préparent depuis une semaine à cet événement, qui se déroulera ce vendredi 2 juin. Les astronautes enfilent une combinaison spatiale et se tassent dans le minuscule habitat d'un vaisseau Soyouz, à peine 3 m. Depuis la fin du programme américain de navette spatiale en 2011, les astronautes dépendent de ces vaisseaux russes pour faire les allers-retours. L'atterrissage dans la steppe kazakhe est prévue à 16h10, heure française.

Quelques heures après son atterrissage, si son état de santé le permet, Thomas Pesquet s'envolera pour le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne), tandis qu'Oleg Novitski rejoindra Moscou.

Le commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, 45 ans, est pour sa part un ancien pilote de l'armée de l'air russe, père de deux petites filles.

Après plus de six mois passés à 400 kilomètres d'altitude, Thomas Pesquet est sur le chemin du retour.

"Les deux cosmonautes ont rempli toutes les tâches qui leur avaient été confiées de façon satisfaisante. Nous allons maintenant sortir les cosmonautes de l'appareil", a déclaré le centre par téléphone.

- Thomas Pesquet: Écoutez, avec grand plaisir.

Les astronautes sont très entraînés, donc tout cela ils l'ont bien ancré. "Et son vol a confirmé ces qualités", a-t-il ajouté.

Le parc à thème scientifique qui avait fait vivre à 6.000 visiteurs le départ de l'astronaute de l'agence spatiale européenne (ESA) le 17 novembre dernier, a retransmis en direct le retour sur Terre de celui qui a partagé son aventure avec les Français en envoyant très fréquemment des photos de la planète Terre et en dialoguant avec eux par la radio ou la télé. Le module orbital et le module de service, devenus inutiles, s'éloigneront et brûleront dans l'atmosphère.

Tout près du sol, des rétrofusées s'allument pour ralentir encore la vitesse du module.

L'équipe médicale de l'ESA surveillera la réadaptation à la gravité du Français, qui sera également soumis à une batterie de tests et d'examens médicaux à visée scientifique.

Dernières nouvelles