Guirado: le message de Laporte "reste en interne"

Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte en conférence de presse le 6 mai 2017 à Dubaï-AFP  Archives  GIUSEPPE CACACE

Tournée XV de France: huit changements contre l'Afrique du Sud, 1re sélection pour Penaud

"Un échange fort avec les joueurs du XV ce matin". "Une classe d'écart entre les deux sélections? Cela fait deux fois qu'on prend 37 points, je ne peux que confirmer ce que vous dites à l'heure actuelle", soufflait dépité Guy Novès devant la presse à l'issue de la rencontre. Car le président de la FFR, et son numéro 2 Serge Simon, ont quitté Umhlaga pour s'envoler de Durban vers Johannesburg, avant de rejoindre Paris pour participer au prochain congrès annuel de la Fédération à Bourges les 23 et 24 juin. "S'ils veulent dire ce qu'ils ont dit il n'y a pas de soucis, mais moi je garderai ça secret pour protéger le groupe" a ajouté Guirado, que Laporte a eu sous ses ordres à Toulon jusqu'à l'été 2016.

"Il a fait un discours de président, rien de plus, rien de moins. Ce sont surtout des choses que l'on savait déjà, très honnêtement..." Comme prévu, l'ancien manager du Stade Toulousain et son staff - composé de Yannick Bru pour les avants et Jean-Frédéric Dubois pour les arrières - ira au terme de son contrat, à savoir la Coupe du monde 2019 au Japon, où le XV de France sera dans la "poule de la mort" avec l'Angleterre et l'Argentine. J'ai envie de le contredire. "J'écoute le patron du navire, Guy Novès, mais aussi le grand patron, le président de la FFR", lance Gäel Fickou. "Il a raison de dire ça, juge pour sa part Jefferson Poirot". Malgré la deuxième lourde défaite d'affilée en Afrique du Sud, Bernard Laporte n'a pas voulu accabler les Bleus ce dimanche au moment de son discours.

Dernières nouvelles