Le gouvernement va démissionner dans son ensemble ce lundi

Les premiers élus arrivent à l'Assemblée nationale

Le gouvernement va démissionner dans son ensemble ce lundi

Une fois la démission acceptée, Emmanuel Macron aura 48 heures pour constituer son nouveau gouvernement. Le porte-parole du gouvernement a évoqué un remaniement "technique", qui ne sera probablement "pas d'ampleur".

Le Premier ministre Edouard Philippe devrait remettre "dans la journée" la démission de son gouvernement avant un "remaniement technique", a indiqué lundi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner au lendemain du second tour des élections législatives. A priori, peu de changements en vue, tous les ministres candidats aux législatives ayant été élus à l'issue du second tour.

Au terme d'une (très) longue séquence politique qui s'est achevée sur un record d'abstention au second tour des législatives, Emmanuel Macron dispose désormais d'une confortable majorité à l'Assemblée pour gouverner. Depuis plusieurs semaines, des membres de LR qui s'autoproclament "constructifs" se disent prêts à voter la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe.

Le résultat des élections a dû rassurer l'exécutif: les six ministres qui briguaient un mandat de député dans une circonscription dimanche 11 juin ont tous été élus ou réélus, condition sine qua non pour conserver leur poste au gouvernement. Ils ont tous gagné, parfois largement comme Bruno Le Maire (Economie), parfois d'extrême justesse comme Annick Girardin (Outre-mer). Avec plus de 130 sièges, la droite tire son épingle du jeu, tandis que le FN quadruple sa présence à l'Assemblée avec 8 députés - un résultat certes loin de son objectif d'obtenir un groupe parlementaire.

"Il y a un an, Emmanuel Macron n'avait aucune chance d'être président de la République; il y a trois mois nous n'avions aucune chance d'avoir une majorité absolue et il y a quinze jours on nous disait 'ça va être un raz de marée, ça va être trop'. Une chose est sûre: on a une majorité claire, nette, que l'on veut efficace", se félicite lundi Christophe Castaner, évoquant un "problème de riches" avec cette majorité moins hégémonique qu'annoncé.

Dernières nouvelles