Nathalie Kosciusko-Morizet a quitté l'hôpital Cochin — Législatives à Paris

Elle est toutefois en ballottage défavorable face au candidat REM Gilles Le Gendre.

Fort heureusement elle a été prise en charge rapidement par les pompiers alors qu'elle reprenait connaissance. Souffrant d'un traumatisme crânien, la cheffe de file de la droite est profondément choquée selon ses proches. Revenue à elle, elle avait été conduite, pour subir des examens, à l'hôpital Cochin. Elle n'a pas donné plus de détails sur la situation médicale de l'ancienne ministre.

L'agresseur est un homme d'une cinquantaine d'années. L'individu lui a d'abord arraché les tracts des mains, en s'écriant "C'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire". "Il a essayé de me repousser pour m'en empêcher et également pour descendre, à la station suivante, Cluny", décrit Jean-Baptiste Goulard.

"L'homme a pris les tracts que tenait Nathalie Kosciusko-Morizet pour les lui envoyer au visage".

Nathalie Kosciusko-Morizet a reconnu dimanche sa défaite aux élections législatives dans la 2e circonscription de Paris (Ve, VIe et VIIe arrondissements).

Quant au Premier ministre Edouard Philippe, il s'est rendu à l'hôpital Cochin hier à la mi-journée.

Electron libre dans sa famille politique et ambitieuse assumée, Nathalie Kosciusko-Morizet, 44 ans, s'est fait remarquer par ses positions iconoclastes et son franc-parler. Son signalement précis, l'agression s'étant déroulée en présence de son équipe de campagne et d'un photographe de l'AFP, a permis d'interpeller un homme samedi 17 juin 2017.

"Je vais demander un renvoi" de cette comparution immédiate souhaitée par le parquet, a déclaré Me Antoine Lachenaud, l'avocat du maire joint par l'AFP, son client sortant d'une "garde à vue longue et éprouvante de 48 heures suivie d'une nuit au dépôt". A ce jour Aucun suspect n'a encore été appréhendé. Il a été arrêté et placé en garde à vue pour des faits de violences volontaires.

Dernières nouvelles