Porsche au bout du suspense, Toyota n'y arrive pas

Endurance – 24 Heures du Mans : La passe de trois pour Porsche, l'équipe Jackie Chan fait sensation

SPORTS Porsche arrache la victoire au Mans

Si les 24 Heures du Mans nous offre très fréquemment des scénarii rocambolesques, l'édition 2017 n'a pas été en reste.

En LM GTE Am, après un début de course équilibré entre les Ferrari 488 GTE, Aston Martin Vantage et Porsche 911 RSR, c'est la Ferrari 488 GTE #84 de Smith/Stevens/Vanthoor qui impose son rythme et creuse l'écart sur ses poursuivants.

Le constructeur allemand a lui aussi connu son lot de péripéties.

Cette année, alors que Toyota semblait pourtant sur la voie royale en début de nuit pour briser le sort, la malédiction l'a encore rattrapé.

Si Toyota a dû s'avouer vaincu au coeur de la nuit, lorsque la n°7 (Sarrazin-Conway-Kobayashi) et la n°9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) ont toutes les deux abandonné en une demi-heure à cause d'un problème conjugué embrayage-boîte de vitesses pour l'une et d'un accrochage pour l'autre, le succès de Porsche tient aussi du miracle. La Porsche N.1, en tête à un peu plus de trois heures de l'arrivée ce dimanche, s'est arrêtée en piste, victime d'un problème moteur. Tout reposait alors sur la Porsche N.2, rentrée en urgence aux stands samedi à 18h30, quand la température sur la piste était encore supérieure à 37 degrés.

Une fois encore, l'épreuve des 24 Heures du Mans s'est montrée à la hauteur du mythe. Il s'agit de l'Oreca-Gibson N.38 de l'écurie Jackie Chan DC Racing, qui a placé le Français de 19 ans, Thomas Laurent au volant, lui qui dispute ses premières 24 Heures du Mans. La Porsche de Brendan-Bamber-Bernhard a ainsi refait surface dimanche matin après l'abandon de sa soeur jumelle, la N.1 de Jani-Lotterer-Tandy, en tête depuis les soucis des Toyota. Mais avec seulement deux tours d'avance sur la Porsche N.2, et une dizaine de secondes perdues au tour, le "rush-hour" de la propriété de l'acteur de film d'action était vouée à l'échec. L'Oreca-Gibson N.13 de Piquet-Heinemer-Beche, clin d'œil aux célèbres bandes dessinées Michel Vaillant créées par Jean Graton en 1959, a terminé à quatre tours de la voiture de tête.

Dernières nouvelles