Portugal: trois jours de deuil national après l'incendie de forêt meurtrier

Des pompiers portugais luttent contre un incendie le 10 août 2016 à Macinhata do Vouga au centre du POrtugal-AFP  Archives  FRANCISCO LEONG

Portugal : un violent feu de forêt fait au moins 24 morts

De nombreuses victimes ont péri dans leurs voitures, piégées par les flammes alors qu'elles circulaient sur la nationale 236 reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera. D'après le secrétaire d'Etat à l'intérieur, les flammes se sont propagées 'avec beaucoup de violence' et 'de façon inexplicable'.

Un deuil national sera décrété prochainement, a indiqué le Premier ministre Antonio Costa. Le Portugal est sous le choc après le feu de forêt qui s'est déclaré la veille dans le centre du pays.

Trois autres victimes sont décédées par inhalation de fumée. Deux d'entre eux se trouvaient dans un état grave. "La priorité, c'est de sauver des personnes qui pourraient toujours être en danger", a relevé le Premier ministre.

Il a aussi évoqué la thèse d'orages secs quant à la cause du brasier. "L'ampleur de cet incendie est telle que nous n'avons pas souvenir d'une telle tragédie humaine", a déclaré le premier ministre, Antonio Costa, en se rendant sur les lieux du drame.

"Cela ne semble pas réel. C'est un véritable enfer, nous n'avons jamais rien vu de tel".

Des dizaines de personnes ont réussi à fuir leurs domiciles et ont trouvé refuge dans un village voisin, Ansiao.

'Il est difficile de dire s'ils fuyaient les flammes ou ont été surpris par le feu', a déclaré par le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Jorge Gomes, qui a annoncé le nouveau bilan. Des survivants racontent avoir vu une famille entière disparaître avec sa voiture dans une "tornade de flammes". Plus de 900 pompiers et près de 300 véhicules étaient toujours mobilisés pour combattre ce sinistre, le plus meurtrier de l'histoire récente du Portugal.

"Le nuage de fumée est très bas, ce qui ne permet pas aux hélicoptères et aux avions anti-incendie de travailler efficacement, mais nous faisons tout ce qui est possible et même impossible pour éteindre cet incendie". Et pour appuyer les pompiers portugais, deux canadairs espagnols ont été envoyés dans la matinée de dimanche.

Le président français Emmanuel Macron et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ont fait part sur Twitter de leur solidarité avec les Portugais. "Il n'était pas possible de faire plus que ce qui a été fait", a-t-il ajouté. La chaîne montagneuse de Caramulo (centre), surnommée le "poumon du Portugal" pour ses forêts de pins et d'eucalyptus, est particulièrement touchée.

Des incendies ravageurs avaient eu lieu aussi au Portugal en 2003, faisant une vingtaine de morts.

Les flammes ont également touché plusieurs villages alentours.

En 2016, le pays a été durement touché par des incendies qui ont dévasté plus de 100 000 hectares.

Dernières nouvelles