Un Français parmi les victimes — Incendie au Portugal

Des pompiers luttent contre le feu au Portugal le 8 septembre 2016

Des pompiers luttent contre le feu au Portugal le 8 septembre 2016

Selon le secrétaire d'État à l'Intérieur, Jorge Gomes, 22 personnes ont été carbonisées dans leurs voitures quand elles se sont retrouvées piégées par les flammes alors qu'elles circulaient sur la route reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera.

Sous une chaleur caniculaire, le feu, attisé par le vent, a continué de faire rage, dimanche soir, sur quatre fronts, dont un d'une grande violence, selon les autorités.

Le gouvernement portugais a décrété l'état d'urgence dans la zone sinistrée, ainsi qu'un deuil national de trois jours de dimanche à mardi. C'est le bilan terrifiant (établi à 21h30 hier) de l'incendie qui s'est déclaré, samedi vers 14h, à Pedrogao Grande, petite ville de 4000 habitants située dans le centre du Portugal, à 200km au nord de Lisbonne. D'autres sont décédées par inhalation de fumée.

D'après le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, les flammes se sont propagées "avec beaucoup de violence", touchant plusieurs villages. Le Portugal connaît actuellement une forte canicule. "Cela ne semble pas réel, c'est un véritable enfer", soupire Valdemar Alves, le maire de Pedrogao Grande.

"Le moment le plus tendu que nous ayons connu jusqu'ici, c'était au village de Moninhos Cimeiros".

Les pompiers n'ont pas pu empêcher que des habitations partent en fumée.

Dans le village de Nodeirinho, 11 personnes sont mortes, selon la télévision publique RTP.

Quatre Canadairs espagnols et trois français sont arrivés dimanche pour appuyer les pompiers portugais.

Le président français Emmanuel Macron a fait part de sa solidarité sur Twitter, tout comme le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que le mécanisme européen de protection civile avait été activé à la demande de Lisbonne pour obtenir de l'aide pour lutter contre l'incendie.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa s'est rendu sur place pour rendre hommage au travail des pompiers et présenter ses condoléances aux familles des victimes, "partageant leur douleur, au nom de tous les Portugais". "Il n'était pas possible de faire plus que ce qui a été fait", a-t-il ajouté. La chaîne montagneuse de Caramulo (centre), surnommée le "poumon du Portugal" pour ses forêts de pins et d'eucalyptus, est particulièrement touchée.

Des incendies ravageurs avaient eu lieu aussi au Portugal en 2003, faisant une vingtaine de morts. On ne connait pas précisément l'origine de ce violent feu de forêt.

En 2016, le pays a été durement touché par des incendies qui ont dévasté plus de 100 000 hectares.

Dernières nouvelles