Un homme en garde à vue pour l'agression de NKM — France

Des personnes portent assistance à Nathalie Kosciusko-Morizet candidate LR aux législatives à Paris qui a fait un malaise après une altercation avec un passant le 15 juin 2017 sur un marché du Ve arrondissement de Paris

NKM victime d'une agression "violente", raconte un photographe AFP

Il aurait arraché tous les documents des mains de la candidate avant de lui jeter au visage en l'insultant de "bobo de merde". Sûr de ses propos, il a continué d'expliquer: "on a essayé de lui porter un coup au visage, elle s'en est défendue, le coup n'a pas porté et elle s'est pris sa propre main au visage". Les pompiers sont intervenus, et l'ancienne ministre est revenue à elle. Alors que la candidate est tombée et a perdu connaissance plusieurs minutes, une vague d'indignation s'était levée dans l'ensemble de la classe politique contre cette agression.

LIRE AUSSI NKM agressée lors de sa campagne: que s'est-il passé? Elle n'a pas donné plus de détails sur la situation médicale de l'ancienne ministre.

L'AFP précise de son côté que l'homme en question serait le maire d'un village normand. Un des bénévoles de l'équipe de NKM, Jean-Baptiste Goulard, a tenté de poursuivre l'assaillant dans le métro. Il a pris la fuite après l'agression.

NKM est candidate du parti Les Républicains, en ballottage défavorable dans sa circonscription parisienne face à Gilles Le Gendre, un candidat de La République en Marche, le parti du président centriste Emmanuel Macron. Reprenant connaissance, "NKM" a été installée dans leur camion et conduite à l'hôpital Cochin situé dans le XIVe arrondissement. 'Tous mes voeux de rétablissement à mon amie Nathalie Kosciusko-Morizet.

Plusieurs autres personnalités ont également réagi.

Sur des images diffusées par différents médias, on peut voir un homme tendre le poing vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet, qu'il aurait insultée selon des témoins.

La députée sortante de l'Essonne, qui reprenait la circonscription de François Fillon jugée encore il y a quelques mois "en or", n'a pu rattraper le retard enregistré au premier tour (18,13% contre 41,81%), tout en ayant bien remonté son score à plus de 45% des voix.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violence volontaires". Aucun suspect n'a encore été interpellé. La directrice de campagne de l'ex-ministre a annoncé avoir déposé plainte.

Dernières nouvelles