À Villeurbanne, Najat Vallaud-Belkacem défaite par l'entrepreneur macroniste Bruno Bonnell — Législatives

Najat Vallaud Belkacem grimace à l'annonce de son successeur au ministère de l'Education nationale le 17 mai

Najat Vallaud Belkacem grimace à l'annonce de son successeur au ministère de l'Education nationale le 17 mai

Après une première tentative ratée en 2007, et le retrait de sa candidature en 2012, l'ancienne ministre de l'Education échoue une nouvelle fois aux élections législatives.

Menacée sur sa gauche et sur sa droite, Najat Vallaud-Belkacem était en difficulté à Villeurbanne, pourtant un bastion socialiste, acquis au parti depuis 1997.

L'ex ministre de l'Education nationale souhaite s'accorder une pause après cette campagne difficile.

Prise en tenaille entre un candidat de La République en marche et un autre de la FI, Najat Vallaud-Belkacem était donnée perdante dans plusieurs sondages.

En froid avec son ancienne protégée, le très influent maire de Lyon, Gérard Collomb, n'est pas étranger à cette désignation.

" Aujourd'hui, ce que je retiens de cette campagne, au-delà du taux d'abstention absolument inégalé et de cette vague aux airs d'irrationnel, c'est qu'un grand nombre de nos électeurs ont été désorientés par le quinquennat dont on sort", a-t-elle expliqué.

[Mis à jour le 18 juin 2017 à 18h26] Les amies de Najat Vallaud-Belkacem ne s'y sont pas trompées.

" Il nous appartiendra d'en analyser les raisons, sereinement, pour pouvoir entamer le chemin de la reconstruction pour la gauche, et je compte bien y participer", a poursuivi l'ancienne ministre.

Législatives: à Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet battue par son adversaire macronisteLégislatives: Le Pen, Philippot, Collard. Jean-Luc Mélenchon était arrivé second, tout proche, avec 26,48% des suffrages, suivi de François Fillon (16,59%) puis, plus loin, de Marine Le Pen (13,10%). Incertitude pour Manuel Valls, Myriam El Khomri et Nathalie Kosciusko-Morizet.

Dernières nouvelles