Affaire Grégory: Ginette Villemin ne "croit pas" que le coupable sera retrouvé

Le procureur général de Dijon Jean Jacques Bosc le 16 juin 2017  AFP

Le procureur général de Dijon Jean Jacques Bosc le 16 juin 2017 AFP

"A l'évidence Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort", a déclaré le magistrat lors d'une conférence de presse, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement "sont les auteurs du crime".

Écroués vendredi, Marcel et Jacqueline Jacob nient les faits d'"enlèvement et séquestration suivis de mort " pour lesquels ils sont mis en examen. Interrogés par la police, ils ont nié les faits qui leur sont reprochés, mais ils n'ont pas d'alibi confirmé d'après le procureur. "Cest une famille vraiment très très spéciale", raconte-t-elle au micro de France 3, en confiant que sa maman la reniée et quelle est en froid avec ses parents depuis 25 ans, même si elle habite à Jussarupt, à seulement deux kilomètres de chez eux.

Grégory, âgé de 4 ans, avait été retrouvé mort, pieds et poings liés, dans la rivière Vologne, le 16 octobre 1984. Les juges? "Ils nous demandent de dire des choses qu'on ne sait pas". Ils sont actuellement en détention provisoire. Ils avaient été placés mercredi en garde à vue, ainsi qu'une belle-soeur du père, Ginette Villemin, remise en liberté jeudi en fin d'après-midi.

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines déchirant la famille.

Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob, devant le tribunal de Dijon, vendredi. Qui sont les autres membres du clan Villemin?

" Le corbeau était double, il s'agissait d'un homme et d'une femme " a expliqué le procureur général de la Cour d'appel de Dijon, Jean-Jacques Bosc, se basant notamment sur les voix des appels téléphoniques anonymes et des expertises graphologiques des lettres de menace.

Bernard Laroche, cousin de Jean-Marie et de Michel Villemin, a été soupçonné et inculpé du meurtre de Grégory.

Avec son épouse, Monique, Albert Villemin est la cible d'appels et de lettres du corbeau entre 1981 et 1983.

Dernières nouvelles