Interpellation de deux journalistes d'une chaîne turque — Arabie saoudite

Crise dans le Golfe: le chef de la diplomatie turque en Arabie

Ankara s'active pour résoudre la crise du Golfe

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, s'est entretenu vendredi en Arabie Saoudite avec le roi Salmane, afin de poursuivre les efforts pour tenter de résoudre la crise diplomatique qui agite le Golfe, ont rapporté hier les médias.

Le correspondant de la chaîne Hasan Abdullah et le cameraman Nihat Yayman ont été arrêtés à leur hôtel à La Mecque puis relâchés lorsque M. Cavusoglu est intervenu personnellement auprès du roi, selon le quotidien Hurriyet.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn imposent un embargo aérien à Qatar Airways depuis qu'ils ont décidé le 5 juin de rompre les relations diplomatiques avec Doha, qu'ils accusent de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien sunnite.

La crise a placé la Turquie dans une position délicate car Ankara considère le Qatar comme son principal allié dans le Golfe mais souhaite également maintenir ses liens avec l'Arabie Saoudite. Selon les informations communiquées par la présidence turque et rapportées par l'agence de presse Anadolu, les leaders ont examiné lors de la téléconférence les initiatives prises par chacun afin de trouver une solution à la crise entre le Qatar et les pays du Golfe, et ont convenu de la nécessité d'apaiser au plus vite la tension. "Ils ont souligné que la tension actuelle devait être résolue non pas par des sanctions mais par le dialogue et la négociation, et que des efforts devaient être faits dans cette direction", selon plusieurs sources.

Le Koweit, qui n'a pas coupé les liens avec le Qatar, tente d'assurer une médiation dans la crise.

Qatar Airways envisage de saisir les tribunaux internationaux pour obtenir une compensation des conséquences de la décision de l'Arabie saoudite et de ses alliés de lui fermer leur espace aérien, a indiqué lundi son patron Akbar al-Baker à des journalistes. "Nous opérons nos vols au dessus de l'Iran et dans le même temps nous gérons le problème des consommations supplémentaires de carburant", a-t-il poursuivi.

Dernières nouvelles