L'agresseur présumé de NKM reconnaît l'avoir insultée mais nie toute violence

DIRECT. Législatives. 61 % des Français pourraient revoir leur vote au second tour

NKM victime d'un malaise après une altercation

Nathalie Kosciusko-Morizet, bousculée, était tombée et avait perdu connaissance pendant plusieurs minutes avant d'être transportée à l'hôpital Cochin, où elle a été gardée en observation jusqu'à vendredi. "Il reconnait sa présence sur les lieux et un échange verbal mais pas les insultes".

En effet, Vincent Debraize a confié que ce serait en réalité la candidate qui l'aurait insulté, lui lançant "Dégage connard!".

L'avocat a aussi expliqué que son client n'a jamais tenté de fuir: selon lui, il aurait simplement voulu partir pour ne pas "se faire casser la figure", en ayant vu trois hommes "menaçants" s'approcher de lui.

De son côté, l'agresseur présumé a été placé en garde à vue "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public". Comble de l'ironie (et de l'offense pour Kosciusko-Morizet), la suppléante de celui-ci n'était autre que Sonia de Maigret, une ancienne proche de Rachida Dati.

NKM avait eu une fin de campagne perturbée par l'agression par un passant, le maire sans étiquette d'un village normand depuis placé en garde à vue, sur un marché. Alors qu'il devait être jugé en comparution immédiate ce lundi après-midi, il a déposé une demande de renvoi de son procès qui lui a été accordée.

Champignolles, situé à 35 km à l'ouest d'Evreux, ne compte en effet qu'une quarantaine d'habitants.

D'après le récit d'une journaliste de l'AFP, la candidate de 44 ans, battue dimanche par son adversaire de la République en marche Gilles Le Gendre, distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le Ve arrondissement lorsqu'un homme les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant de "bobo de merde".

"Dans 10 jours, ma voix peut séteindre", prophétisait-elle, cinq jours avant le premier tour. Députée depuis 2002, l'ancienne ministre a été battue au second tour des élections législatives à Paris ce dimanche 18 juin.

Dernières nouvelles