RCA : accord de paix entre gouvernement et groupes armés

Centrafrique au moins 40 morts dans des combats à Bria

La délégation de Centrafrique à Rome le 19 juin 2017 AFP- FILIPPO MONTEFORTE

Un accord de paix prévoyant un cessez-le-feu "immédiat" a été signé lundi à Rome sous l'égide de la communauté catholique de Sant'Egidio, entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés de ce pays, a constaté l'AFP.

La communauté de Sant'Egidio a joué un rôle clé pour négocier un accord de paix au Mozambique.

L'accord prévoit un cessez-le-feu immédiat, sur tout le territoire centrafricain, placé sous le contrôle de la communauté internationale, ou plus précisément de la force onusienne en Centrafrique, la MONUSCO.

Les travaux auront duré sept mois avant que le gouvernement centrafricain, les groupes armés et la communauté Sant'Egidio trouvent un terrain d'entente.

La communauté de Sant'Egidio est un acteur influent de la diplomatie mondiale, menant souvent discrètement des médiations dans des conflits en cours.

Centrafrique au moins 40 morts dans des combats à Bria
Le président de Sant'Egidio Marco Impagliazzo et la délégation politique de Centrafriqe à Rome le 19 juin 2017 AFP- FILIPPO MONTEFORTE

Le gouvernement, dans cet accord, préconise la représentativité des groupes armés à tous les niveaux et la reconnaissance de ces groupes comme partie prenante de la reconstruction. Le pays a depuis élu un nouveau Président en la personne de Faustin-Archange Touadéra.

Si toutes les parties au conflit, dont la Minusca et le gouvernement, parlent de "bonne nouvelle" et "saluent cet accord qui constitue une avancée importante pour la paix en RCA", de nombreuses questions se posent.

Plusieurs accords du genre visant à mettre fin aux violences ont été déjà signés avec les groupes armés pendant la transition à Brazzaville et à Bangui pendant des dialogues politiques.

En paraphant l'accord, qui est le fruit d'un long travail qui a débuté en novembre 2016 et battu en toute discrétion, les groupes armés reconnaitront, désormais, l'autorité de l'Etat sur toute l'étendue du territoire national.

Autre question, selon une source proche du dossier: "Comment réintroduire les groupes politico-militaires dans le système centrafricain?"

Dernières nouvelles