Bayrou quitte le gouvernement Philippe

Nouveau rebondissement mercredi matin: François Bayrou et Marielle de Sarnez, piliers du MoDem, ont annoncé qu'ils quittaient le gouvernement, après Richard Ferrand lundi et Sylvie Goulard mardi. Cette dernière doit déterminer si le parti a salarié des collaborateurs travaillant en France, au frais du Parlement européen, avec des contrats d'assistants parlementaires européens. Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, 57% des Français ne souhaitaient pas qu'il reste au gouvernement.

Plusieurs de ses proches avaient toutefois évoqué son découragement croissant et indiqué qu'il ne supportait plus la pression politico-médiatique de l'affaire des assistants parlementaires européens du MoDem alors que, selon lui, il n'a "jamais existé" d'emplois fictifs au sein de son parti. Il doit s'exprimer sur ce choix lors d'une conférence de presse à 17h00.

Du côté de l'Elysée et de Matignon, on faisait profil bas.

Le Premier ministre Edouard Philippe "prend acte de la décision de François Bayrou" de démissionner mercredi de son poste de ministre de la Justice. Le doute subsiste autour des deux autres représentants du MoDem: François Bayrou et Marielle de Sarnez. Un remaniement qualifié dans un premier temps de "technique", mais qui pourrait en réalité être plus important que prévu. Il n'y a " aucun " problème avec lui, malgré l'enquête en cours, a-t-il assuré. Il a "toute sa place dans l'action publique et donc évidemment dans notre action gouvernementale, à condition qu'il valide, qu'il s'engage sur le projet présidentiel", a déclaré le porte-parole du gouvernement. Elue dimanche députée de Paris, elle prendra la tête du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, fort de 42 élus.

"En réalité, M. Macron agit contraint et forcé", a ajouté M. Philippot. Le chef de l'Etat "jette" François Bayrou "comme un vieux torchon", a renchéri la présidente du FN Marine Le Pen.

Dernières nouvelles