" "Bayrou : " Je choisis de ne pas exposer " Macron à une " campagne mensongère "

Le ministre de la Justice, président du MoDem et maire de Pau doit faire une conférence de presse à 17h

Bayrou et Sarnez quittent eux aussi le gouvernement

Lundi, c'est Richard Ferrand qui avait annoncé son départ du gouvernement suivi mardi par Sylvie Goulard.

François Bayrou, qui a décidé mercredi de ne plus être ministre de la Justice dans le prochain gouvernement d'Edouard Philippe, a fait ce choix pour ne "pas exposer " Emmanuel Macron à une "campagne mensongère ", a-t-il expliquer lors d'une conférence de presse. "Je donnerai une conférence cet après-midi à 17h", a déclaré le président du MoDem sans donner davantage de précisions à ce stade.

Après le départ de trois ministres du MoDem - François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez, qui étaient détenteurs des portefeuilles de la Justice, des Armées et des Affaires européennes, le parti centriste conserve deux élus.

François Bayrou après avoir rencontré son groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, le 21 juin 2017.

François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement français.

Il serait cependant insultant à l'égard du chef de l'État que de supposer, un instant, qu'en les nommant ministres une première fois, il n'était pas au courant de ces risques. Mais il y en a un qui n'a apprécié ses manières parfois cavalières, c'est Emmanuel Macron. Nathalie Loiseau, directrice de l'Ecole nationale d'administration (ENA) depuis 2012, remplace à ce poste de ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian la vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez, qui a renoncé mercredi matin à participer au nouveau gouvernement pour prendre la présidence du groupe parlementaire MoDem à l'Assemblée nationale. Son parti a par ailleurs obtenu 42 sièges lors des élections législatives le week-end dernier, confortant la majorité absolue du parti La République en Marche du président Macron (308 des 577 sièges).

L'ex-garde des Sceaux François Bayrou a jugé qu'Emmanuel Macron était " à la hauteur de la fonction " présidentielle et assuré qu'il serait à ses côtés " pour l'aider et le soutenir " dans sa tâche.

Celui qui va donc redevenir maire de Pau s'est ensuite lancé dans une diatribe à l'encontre de ce système d'accusation qui, selon lui, laisse trop peu de place à la défense.

Il faut reconnaître que le président de la République a toutes les raisons de se méfier de son complice éphémère, qui montra, dans le passé, qu'il n'était pas un allié des plus fidèles: brûlant de rejoindre Ségolène Royal en 2007 et contribuant, en 2012, à l'élection de François Hollande.

Le deuxième gouvernement de la présidence Macron, dévoilé mercredi soir après le départ de quatre ministres sous la pression des "affaires", conserve l'équilibre paritaire et politique souhaité par le couple exécutif, en intégrant plusieurs élus issus de la droite, du MoDem et de la gauche.

Dernières nouvelles