Le Pen a pris rendez-vous avec les juges

Une semaine après sa victoire aux législatives, le vice-président du Front national et député des Pyrénées-Orientales Louis Aliot a refusé de se rendre à la convocation de la police prévue ce jeudi, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des assistants parlementaires du FN au Parlement européen.

Louis Alio n'est pas contraint de se rendre à la convocation. "Le rendez-vous est déjà pris", a précisé la nouvelle députée du Pas-de-Calais. La date "regarde les juges et moi", a-t-elle ajouté.

Le Front National est soupçonné d'avoir mis en place un système pour rémunérer ses permanents ou des cadres.

Le compagnon de Marine Le Pen, élu le 18 juin député dans les Pyrénées-Orientales, devait être entendu par l'office anticorruption à Nanterre.

Le Parlement européen a réévalué son préjudice potentiel à cinq millions d'euros, pour une période de cinq ans allant du 1avril 2012 au 1 avril 2017. Les services du Parlement Européen s'appuient sur l'enquête en cours et les rapports du gendarme antifraude.

Louis Aliot a refusé jeudi de se rendre à une convocation de la police.

"Je n'attendrai pas d'être convoquée".

A la suite d'une dénonciation de Sophie Montel, eurodéputée FN, le parquet de Paris a par ailleurs ouvert en mars une enquête préliminaire pour "abus de confiance", visant 19 eurodéputés de tous bords, dont deux du MoDem.

Ce dossier a poussé hors du gouvernement trois ministres de la formation centriste, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard.

Dernières nouvelles