Ukraine: les États-Unis renforcent les sanctions contre la Russie

Svetlana Aleksiévitch

REUTERS stringer Une prix Nobel comprend les motifs du meurtre d'un journaliste opposant en Ukraine

"Une fois de plus, ces sanctions sont décrétées sans aucun fondement", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse à Moscou.

Les Etats-Unis ont imposé mardi de nouvelles sanctions à 38 personnalités et entités en raison du rôle de Moscou dans le conflit ukrainien et prévenu que celles-ci ne seraient pas levées tant que la Russie ne se sera pas totalement retirée de l'est de l'Ukraine. Au lendemain de l'annonce de ces mesures, le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov a fait savoir que la réunion prévue avec le sous-secrétaire d'Etat américain Thomas Shannon était annulée.

L'Union européenne a reconduit lundi pour un an des sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, qui interdisent notamment les investissements dans la péninsule et les importations vers l'Union de ses produits.

Le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, dont les pays ont parrainé les accords de Minsk, ainsi que Mme Mogherini, vont informer leurs homologues de la situation sur le terrain.

D'ailleurs, Washington ne propose toujours rien de concret pour améliorer les relations entre les deux pays et refuse toujours de restituer les bâtiments diplomatiques russes saisis en décembre 2016, a ajouté le vice-ministre.

L'Union européenne prolonge d'un an les sanctions contre la Crimée et Sébastopol, annexées en 2014 par la Russie. "Elles sont limitées au territoire de la Crimée et de Sébastopol", a indiqué le Conseil, qui représente les 28 Etats membres, dans un communiqué.

"Les mesures s'appliquent aux ressortissants de l'UE et aux entreprises établies dans l'UE". Les bateaux de croisière ne peuvent y accoster qu'en cas d'urgence, tandis que l'export de biens et de technologies vers des entreprises actives dans le transport, les télécoms et l'énergie reste interdit. "Le prix (que la Russie doit payer, ndlr) pour cette tentative d'annexion doit augmenter", a-t-il écrit.

" Il va sans dire que le premier principe en réponse aux sanctions est la réciprocité", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

Dernières nouvelles