France: Macron remanie son gouvernement après le départ de ministres

Marielle de Sarnez:

Marielle de Sarnez:"Emmanuel Macron va pouvoir compter sur le Modem pendant cinq ans. Et réciproquement ?Plus

Le président français Emmanuel Macron a remanié mercredi son gouvernement, intégrant des personnalités peu connues du monde politique, après le départ inattendu de quatre ministres en trois jours, rattrapés par des affaires.

Emmanuel Macron " a d'ailleurs dit que cette fierté, ce bonheur, qu'il pouvait avoir à ce moment-là, nous rendrait tous plus collectivement plus exigeants encore", a poursuivi le porte-parole.

Nicole Belloubet, membre du Conseil constitutionnel et ancienne élue PS, succède à François Bayrou place Vendôme. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, poids lourd du gouvernement, perd huit points à 34% et celui de l'Intérieur, Gérard Collomb, sept points à 25%.

Edouard Philippe recueille lui 57% de bonnes opinions en tant que Premier ministre, en baisse de deux points.

En annonçant à l'AFP sa "décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement", François Bayrou a assuré qu'elle ne lui avait pas été dictée. D'autres nominations de très proches d'Emmanuel Macron, telles celle de Benjamin Griveaux (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances), ou Julien Demormandie (secrétaire d'Etat auprès du nouveau ministre de la Cohésion des Territoires), témoignent tout autant de la volonté du chef de l'Etat d'avoir des hommes sûrs dans le gouvernement, qu'une impossibilité à élargir sa base électorale, telle que surgie du premier tour de la présidentielle. Il a également affirmé, lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, ne pas vouloir gêner le gouvernement, en l'exposant à "une campagne mensongère".

"La vie politique est longue" et "peut être cruelle", a-t-il observé pour clore ce chapitre et passer à la suite: la lecture du résultat des élections législatives et leur traduction politique.

Le FN est lui aussi visé par une enquête sur des emplois fictifs d'assistants parlementaires européens.

Toujours selon Christophe Castarner, le président de la République a souligné que le départ des trois ministres issus du MoDem était " leur choix", et a rappelé la règle édictée par Édouard Philippe selon laquelle un ministre mis en examen doit démissionner.

Dernières nouvelles