Le MoDem voulait "recaser un maximum de salariés" — Bayrou

Une large majorité pour un départ de François Bayrou du gouvernement

Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau dans le sud-ouest de la France le 18 juin 2017IROZ GAIZKA

Son départ signifie que le remaniement ministériel prévu par M. Macron dans la foulée de sa victoire écrasante aux élections législatives prendra une toute autre ampleur. Il s'agit de Geneviève Darrieussecq, largement élue dimanche dernier dans les Landes et de Jacqueline Gourault, sénatrice très proche de François Bayrou. Ces allégations sont d'autant plus gênantes pour M. Macron que M. Bayrou avait présenté un projet de loi pour nettoyer la politique française, une des principales promesses électorales du nouveau président.

" Cette situation exposait le président de la République et le gouvernement (...) Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président de la République que je soutiens", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège du MoDem. Mardi, la ministre des Armées, Sylvie Goulard, elle aussi issue du MoDem, avait annoncé son intention quitter le gouvernement de son plein gré afin de démontrer sa "bonne foi" si elle venait à être entendue dans cette enquête.

Celui-ci était détenu dans le gouvernement Philippe 1 par Jacques Mézard (PRG), nommé à la Cohésion des Territoires en remplacement de Richard Ferrand. Il fait lui aussi l'objet d'une enquête pour conflit d'intérêts, relativement à des décisions prises alors qu'il dirigeait un assureur.

Ce deuxième gouvernement du premier ministre Edouard Philippe comprend dix-neuf ministres, dont deux ministres d'Etat, et dix secrétaires d'Etat. Tout en assurant que le gouvernement poursuivrait les réformes engagées par François Bayrou "parce que nous lui devons".

Tout commence avec une dénonciation d'une élue FN, parti lui-même touché, comme sa présidente Marine Le Pen, par une affaire d'emplois fictifs présumés au Parlement européen. C'est un gros accident de parcours pour Emmanuel Macron, qui avait donné au gouvernement une apparence de pluralité avec trois ministre MoDem, dont François Bayrou qui l'avait soutenu de façon décisive pendant la campagne présidentielle, notamment par son renoncement à une candidature.

Richard Ferrand a lui été pressenti pour présider le groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Florence Parly, ancienne secrétaire d'Etat sous le Premier ministre socialiste Lionel Jospin, est nommée ministre des Armées. Nathalie Loiseau, directrice de l'Ecole nationale d'administration (ENA), remplace Marielle de Sarnez au ministère des Affaires européennes.

Seuls 32% des sondés souhaitent le maintien de M. Bayrou, mis sous pression depuis l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "abus de confiance et recel" visant à déterminer si le MoDem qu'il préside a employé des collaborateurs aux frais du Parlement européen.

Dernières nouvelles