Mort d'un torero moquée sur France Inter: 1.000 signalements au CSA

Frédéric Fromet a ironisé sur la mort du torrero Ivan Fandiño

Frédéric Fromet a ironisé sur la mort du torrero Ivan Fandiño. S. SANJI SDP

La pratique de la corrida est très largement décriée en France, et l'humoriste Frédéric Fromet a décidé de s'inspirer de cet événement pour critiquer, à sa manière, la tenue de ses combats, en direct sur France Inter. Comme le prévoient les procédures, le CSA vient d'ouvrir l'instruction du dossier, à la suite de ces signalements, indique-t-on au sein du Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Dans ce que l'humoriste présente comme "une chanson festive", le décès d'Ivan Fandiño est tourné en dérision avec virulence, sur l'air de "Bambino": "Tu t'es bien fait encorné, fallait pas faire le kéké", "gicle, gicle tes boyaux", "t'es parti comme une bouse". Ou encore: "le sang en gaspacho", "brochette espagnola", "le foie dans la paella", "réduit en chorizo", "petites couilles en tapas".

Et les deux organismes de déclarer de concert: "C'est avec effarement et consternation que nous avons pris connaissance de la chanson de Frédéric Fromet diffusée sur France Inter, tout au long de laquelle sont dépassées les limites de la bêtise, mais surtout de l'ignominie (...) Comment peut-on perdre à ce point le sens de l'humain et se vautrer dans la méchanceté gratuite, au moment où une famille perd son fils, son époux, son père, et des millions d'aficionados un artiste admiré?"

La chanson s'inscrit dans une émission "dont le principe est l'humour, de pratiquer l'humour noir, s'emparer de sujets d'actualité, les moquer, les dénoncer", a-t-elle rappelé. Ce qu'ils demandent? "Un droit de réponse", et "des excuses publiques de la part de l'auteur", "pour l'honneur de la radio du service public et pour la crédibilité de ses programmes". "Je sais qu'on ne rit pas d'un mort mais là on a le droit", avait chanté lui-même l'humoriste, avant d'évoquer la "saloperie de corrida".

Jean-René Etchegaray, président de l'Union des villes taurines françaises (UVTF) et maire UDI de Bayonne, et l'ancien matador André Viard, président de l'Observatoire national des cultures taurines (ONCT), ont annoncé avoir saisit le CSA. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Dernières nouvelles