58 personnes mortes ou présumée mortes — Incendie de Grenfell

La Tour infernale de Londres : des enfants jetés par la fenêtre et au moins 12 morts, 80 blessés et des disparus !

Londres : Le bilan s'alourdit à 17 morts après l'incendie de la Grenfell Tower

'Mis à l'épreuve, le Royaume-Uni s'est montré résolu face à l'adversité', a-t-elle dit. "Unis dans notre tristesse, nous sommes tout autant déterminés, sans crainte ni faveur, à aider à reconstruire les vies de tous ceux qui ont été si affreusement affectés par la blessure et la perte". Elle est vivement critiquée pour ne pas avoir rencontré les habitants du quartier lors de sa visite à la tour Grenfell la veille. Près de 600 personnes habitaient en effet dans cet immeuble de 120 appartements et, selon les médias britanniques, 70 personnes manqueraient à l'appel.

Dans un bilan provisoire, le nombre de personnes mortes dans l'incendie s'élevait à 17. Parmi les blessés, 19 personnes restent hospitalisées dont 10 sont dans un état critique.

Certaines victimes pourraient n'être jamais identifiées, a-t-il craint, en raison de la chaleur dégagée par le brasier. COLÈRE CONTRE LA RÉPONSE DES AUTORITÉS Le drame se double d'une nouvelle controverse politique visant Theresa May, déjà fragilisée au moment d'entamer les négociations du Brexit avec les Européens par la perte de sa majorité absolue à la Chambre des communes à l'issue des législatives anticipées du 8 juin qu'elle avait convoquées dans l'espoir d'obtenir un mandat "fort et stable". De plus, il semblerait que la pose d'un nouveau revêtement à bas coût censé mieux isoler l'immeuble aurait pu favoriser la propagation rapide des flammes et que les alarmes incendies n'aient pas fonctionné la nuit du drame...

Le gouvernent a ordonné l'ouverture d'une enquête publique pour faire la lumière sur les raisons de la catastrophe.

Elle a aussi répété vendredi soir qu'elle était "profondément affectée" par les récits "terrifiants" des survivants.

La presse britannique rapporte également la disparition de Rania Ibrahim, 30 ans, qui vivait au dernier étage avec ses deux enfants de 3 et 5 ans.

"Un leader qui a peur de rencontrer ses concitoyens est fini", lançait le quotidien The Guardian dans un éditorial implacable.

Une association de soutien à la Syrie a annoncé jeudi que l'une des victimes était Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui vivait au 14e étage et étudiait l'ingénierie civile à la West London University.

Mardi, Karim Musilly a parlé à son oncle, Hesham Reman, 57 ans, qui vivait vit au 19ème étage de la tour: "Il m'a dit qu'il y avait un incendie dans le bâtiment, qu'il avait téléphoné à la police qui lui avait conseillé de rester dans l'appartement et mettre une serviette humide sous la porte". Les dons de nourriture et de vêtements sont également nombreux.

L'origine du sinistre restait inconnue, mais la colère montait parmi les résidents qui pointaient les défaillances à répétition de l'entreprise responsable de la gestion de l'immeuble et des autorités locales.

Un autre rassemblement avait lieu dans la soirée au niveau d'Oxford Circus, bloquant la circulation.

Près de la tour samedi, des membres de la communauté ont chanté des prières sur l'air d'Amazing Grace, devant des dizaine de bouquets de fleurs déposés en hommage aux victimes. Elle a promis l'instauration d'un fonds d'aide aux victimes, d'un montant de cinq millions de livres (6,22 millions de francs) destiné à l'achat de biens de première nécessité, ajoutant que les familles désormais sans domicile seraient relogées dans un délai de trois semaines.

Dernières nouvelles