Trois hommes jugés pour l'agression d'un homme qui protégeait une bouche d'incendie

L'utilisation des bouches d'incendie est coûteuse et dangereuse

L'utilisation des bouches d'incendie est coûteuse et dangereuse | AFP

En cette période de fortes chaleurs qui sévissent en France en ce moment depuis mi-juin, chacun fait de son mieux pour se rafraichir. Mais certains ont trouvé une méthode plus radicale, au grand dam des autorités. Cette pratique consiste à forcer l'ouverture de bouches d'incendie dans le but de se rafraîchir en provoquant des geyser qui inondent les rues. Appel auquel a voulu répondre jeudi un homme de 37 ans, à Orly.

Les trois agresseurs présumés d'un homme qui avait tenté d'empêcher l'ouverture d'une bouche à incendie dans le Val-de-Marne sont présentés ce lundi après-midi en comparution immédiate devant le tribunal de Créteil. Mal lui en pris. Ce qui lui a valu de se faire tabasser à coups de clé à molette, rapporte Le Parisien.

Selon le quotidien, la victime de l'agression, prénommée Mamadou, a reçu "un coup de clé à molette", sur la tête, par derrière. Le suspect est connu des services de police et il lui est interdit de porter une arme et de quitter le pays. Par ailleurs, les pompiers sont directement impactés, car en cas d'incendie, ils peuvent manquer d'eau ou se retrouver avec un débit réduit. Cité par Franceinfo, un membre de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris a ainsi expliqué: "Il y a le risque électrique, la personne qui manipule la borne peut s'électrocuter".

Dernières nouvelles